Sa direction voudrait céder BlackBerry d’ici novembre 2013. Vente d’un bloc ou par lot et à qui ? L’achat des mobiles Nokia par Microsoft précipite l’échéance.

La cession de l’activité téléphone mobile de Nokia pourrait bien précipiter le sort de BlackBerry. Ayant échoué à prendre à temps le virage des smartphones tactiles et des applications mobiles comme son rival finlandais, BlackBerry voit l’hypothèse d’une cession de l’entreprise se rapprocher à grand pas.

Le comité de direction de la firme canadienne souhaiterait accélérer le processus de cession de l’entreprise, avec pour objectif d’aboutir d’ici novembre 2013, selon le quotidien américain, Wall Street Journal. La banque JP Morgan Chase & Co aurait été mandatée pour cette cession, précise ce journal.

Un comité restreint composé de membres de la direction a déjà été créé mi-août 2013, pour explorer les alternatives stratégiques. Des pourparlers auraient été engagés avec des sociétés intéressées par tout ou partie de la firme.

Une liste restreinte d’acquéreurs potentiel aurait même été dressée. L’enjeu actuel consisterait à engager rapidement le processus de cession.

Plusieurs acteurs pourraient être impliqués pour reprendre les activités de BlackBerry. Dernièrement, des informations avaient filtré révélant la possibilité de filialiser (en vue d’une cession ultérieure ?) l’activité de messagerie instantanée BBM, qui a fait les beaux jours de la firme.

Quoiqu’il en soit, l’incertitude pesant sur l’avenir BlackBerry devra être rapidement levée, au risque de laisser la firme s’enfoncer dans une spirale du déclin définitivement irréversible.

Source :

Wall Street Journal

Lire aussi :

Pourquoi BlackBerry n’exclut plus de se vendre (publié le 12 août 2013)

– Le rachat des mobiles Nokia par Microsoft, assombrit l’horizon pour Blackberry (publié le 3 septembre 2013)