Pour accompagner les entreprises dans leur transformation, Bouygues Telecom Entreprises crée une entité dédiée et dotée de ses propres infrastructures pour proposer du IaaS souverain et des clouds privés « de confiance ».

Décidément, les velléités souveraines du gouvernement Français sont en train de faire bouger les lignes et d’aiguiser l’appétit des acteurs. La semaine dernière, Orange et Capgemini créaient la joint-venture Bleu pour produire un cloud de confiance à même d’héberger les technologies Microsoft (Microsoft 365 et Azure).
Cette semaine, c’est Bouygues Telecom Entreprises qui annoncent vouloir également proposer aux entreprises françaises un cloud souverain.

En 2019, l’opérateur s’était offert un acteur du cloud local, Nerim. Dans un premier temps, cette acquisition avait permis au groupe de proposer des services pour aider les entreprises à bâtir des clouds privés. Désormais, celui-ci veut aller plus loin et lance une nouvelle structure indépendante spécialisée dans l’hébergement et le cloud computing : Bouygues Telecom Entreprises OnCloud.

« Depuis deux ans, des dizaines de collaborateurs ont conçu de nouvelles infrastructures et des offres basées sur les besoins réels de nos clients. Ce que propose Bouygues Telecom Entreprises OnCloud aujourd’hui est unique sur le marché, tant par la qualité du conseil qu’elle apporte que par son agilité technique et commerciale » explique François Treuil, Directeur de Bouygues Telecom Entreprises. « Nous sommes ravis de faire changer d’échelle Bouygues Telecom Entreprises aujourd’hui et de devenir un acteur complet, souverain, de droit français, au moment où les cartes du cloud sont rebattues et où la transformation numérique de nos entreprises et collectivités s’accélère. »

À la fois opérateur, intégrateur et hébergeur, Bouygues Telecom Entreprises OnCloud se veut un « pure player » avec ses propres infrastructures (réparties sur 2 datacenters) s’appuyant sur le réseau Bouygues Telecom. Un peu à la manière d’un OBS, cette nouvelle entité veut accompagner les entreprises dans leur migration vers le cloud qu’il soit privé, hybride, ou même public en jouant la carte de la proximité, des services personnalisés et d’une maîtrise des coûts grâce à des tarifs clairs et connus à l’avance.

En annonçant la création de cette entité cloud quelques jours après l’annonce de « la stratégie nationale pour le cloud » par le gouvernement français, Bouygues Telecom Entreprises surfe sur la vague de la souveraineté numérique et sur les grandes thématiques qui ont conduit à l’élaboration de l’initiative Gaia-X. L’entreprise met ainsi en avant qu’elle est « un acteur de droit français », « la sécurité by design de ses infrastructures », « la transparence des contrats et la capacité de les négocier »…

Pour autant, l’annonce n’évoque ni le « cloud de confiance » qui présuppose une certification SecNumCloud plutôt longue et complexe à acquérir, ni Gaia-X et ses API (Bouygues Telecom n’est pas dans la liste des membres Day-1). Deux sujets sur lesquels l’opérateur devra probablement se positionner à un moment ou un autre.

Le challenge est de taille pour Bouygues Telecom Entreprises Oncloud qui s’affiche comme un concurrent frontal d’OBS (Orange) et de Scaleway (Iliad/Free). Officiellement, le nouvel opérateur veut s’adresser aux PME et ETI mais également aux collectivités publiques et aux grands groupes. Mais faire son trou sur toutes ces cibles sera d’autant plus difficile qu’il faudra aussi affronter la concurrence des « cloud de confiance » déjà certifiés « SecNumCloud » que sont OVHcloud et 3DS OutScale (groupe Dassault Systèmes), celle de Bleu (la joint-venture d’Orange et Capgemini), celle de la future diversité du métacloud européen Gaia-X et bien sûr de celle des grands hyperscalers déjà bien installés en France (AWS, Azure, Google, IBM, Oracle…). Mais le nouvel opérateur peut compter sur son affiliation à Bouygues Telecom Entreprises avec sa forte présence dans les télécoms des groupes du CAC40 pour lui ouvrir des portes.