L’ essence de l’Agile est de maximiser la valeur Métier. Paradoxalement, dans de nombreux projets Agile, les acteurs Métier ne se sentent pas impliqués. Quelles sont les causes de ce paradoxe et comment le résoudre ?

Par Thierry Cartalas, Associé TNP Consultants
et Mejdi Hizem; Expert Agile, TNP Consultants

Depuis plus de 30 ans, les projets cycle en V ont structuré les relations entre le Métier et la DSI par la contractualisation des besoins. Dans ce mode de fonctionnement, le Métier a un rôle de client, non concerné par la phase de développement déléguée aux experts informatiques et limitant son énergie à la phase de recette. Dans ce contexte, la majorité des acteurs opérationnels pensent que l’Agile est une méthode supplémentaire de la DSI et ne les concerne pas. Par ailleurs, l’engagement du Métier dans une approche de co-développement du projet implique un partage des risques qui remet en cause la position « client-fournisseur », souvent jugée plus confortable.

En synthèse, les acteurs des Métiers qui s’impliquent sont ceux qui, au risque de sortir de leur zone de confort, sont convaincus de l’apport de l’approche Agile pour atteindre leurs propres objectifs. Alors comment procéder ?

Matérialiser la valeur produite par le projet Agile

La production de valeur est au coeur de l’Agile. Malheureusement, dans les grands groupes, la majorité des projets Agile ne la mesure pas de manière objective et se limite, souvent, à quelques verbatims d’utilisateurs satisfaits. Or les directions opérationnelles ont toujours des objectifs en tête lorsqu’elles lancent un projet (par exemple, accélération des ventes, réduction des coûts, amélioration de la qualité, réduction des délais de traitement…). Si elles matérialisent des KPI pour mesurer leur atteinte, l’approche itérative de l’Agile leur permettra d’ajuster en continu les fonctionnalités par rapport aux résultats terrain et à l’évolution des besoins. Avec de tels KPI factuels, il est plus aisé de convaincre les directions générales de mobiliser des ressources métiers sur les projets Agile.

Favoriser les REX entre acteurs métiers

Généralement, nous constatons qu’un REX, ou retour d’expérience, a plus d’impact lorsqu’il est réalisé par un pair. Le corollaire est que pour convaincre des acteurs Métier des bénéfices de l’approche Agile, il faut que leurs pairs, qui ont expérimenté la méthode, puissent leur en parler et leur exposer ses avantages et ses inconvénients. Ce principe peut être mis en oeuvre de différentes manières. Par exemple, à travers la mise en place de communautés de compétences Agile (par exemple Product Owner) en interne à l’entreprise et cross-départements.

Valoriser le rôle de Product Owner

Le rôle de Product Owner est essentiel en Agile car il est le garant de l’optimisation de la valeur produite par le projet. Il faut mobiliser le Comex sur la nécessité de valoriser ce rôle afin de motiver les collaborateurs à le considérer comme un choix de carrière prometteur et à acquérir les compétences requises pour assumer cette responsabilité.

En conclusion, l’implication des métiers dans l’Agile revient à une problématique de Change Management et de mesure de la valeur créée. Nous avons remarqué que, à mesure que ces acteurs s’engagent dans l’Agile et s’imprègnent de ses rites, ils expriment le besoin d’appliquer les mêmes principes sur les processus métiers. Les premières expérimentations Agile à l’échelle dans des directions opérationnelles donnent des résultats prometteurs annonçant des transformations plus globales des entreprises. Ces transformations vont requérir une réforme de l’organisation pour développer des collaborations naturelles entre les silos d’hier.
___________________

A lire également notre série thématique sur l’Agile :

Être Agile sans « soft skills », est-ce possible ?
L’Agile a-t-il besoin d’un chef de projet ?
L’automatisation, une nécessité pour créer de la valeur en Agile
Transformation Agile à l’échelle : quelle stratégie pour votre entreprise ?
Le bien-être de l’équipe, l’autre vertu de l’Agile
Convertir son entreprise à l’Agile… en douceur
Méthodes agiles : il est temps de passer à l’échelle !