Après l’approbation de ses actionnaires ce mardi, Dell Technologies va faire son retour en bourse…

En 2013, Michael Dell et la société Silver Lake Partners rachetaient toutes les actions publiques de Dell pour 24 milliards de dollars et redevenaient une entreprise totalement privée.
À l’époque, l’entreprise n’arrivait plus à progresser, son image ternie par un manque d’innovations et par un marché du PC décroissant. Michael estimait qu’en redevenant une entreprise privée, sa société s’affranchirait des contraintes trimestrielles imposées par une présence sur les marchés financiers publics et retrouverait ainsi de la perspective et de l’agilité.

L’absorption de son concurrent EMC en 2016, pour un montant de 67 milliards de dollars, a donné naissance au géant « Dell EMC » qui a réalisé en 2018 un chiffre d’affaires de 78,66 milliards de dollars en augmentation de 28% par rapport à 2017. La corbeille de mariage contenait VMware qu’EMC possédait à 81%. Pour éviter de gonfler la note et de s’endetter davantage, Michael Dell avait imaginé un montage subtil permettant le maintien en bourse de VMware au travers d’actions-reflets (ou actions de suivi de type Class V). En autorisant le rachat des actions-reflets de la participation de Dell dans VMware, l’assemblée d’actionnaires a ouvert en grand la voie d’un retour en bourse de Dell Technologies. Les actions-reflets Class V se voient ainsi converties en actions classiques (Class C) qui seront cotées au New York Stock Exchange (NYSE) à partir du 28 décembre.

En procédant ainsi, Dell s’offre un retour en bourse tout en douceur, évitant une IPO classique à la fois coûteuse, longue et surtout particulièrement délicate puisque le groupe affiche toujours une dette de 52,7 milliards de dollars (liée au rachat d’EMC, le groupe ayant remboursé 5 milliards en 2017 et 10 milliards en 2018).

Alors que Microsoft est de nouveau passée devant Apple sur les marchés financiers, la nouvelle opération de Michael Dell semble confirmer que même les dinosaures de l’informatique peuvent avoir une seconde vie…