L’édition 2014 de l’étude Tech Trends (Cabinet Deloitte), publiée le 24 mars, précise les 10 tendances majeures dans le domaine de l’évolution technologique au sein de l’entreprise.

Dans cette édition, intitulée « Inspiring Disruption », Deloitte évoque deux types de tendances : celles dites de « rupture », qui doivent, à terme, modifier en profondeur des processus d’entreprise, et celles dites « accélératrices », qui sont déjà implantées dans le milieu de l’entreprise mais qui, selon Deloitte, devraient occuper une place prépondérante dans les années à venir.

Deloitte invite notamment les DSI à s’inspirer des méthodes du capital-risque, par exemple dans la conclusion de partenariats ou l’investissement dans des startups innovantes (« CIO as Venture Capitalist »).

Il est également question de l’optimisation des outils d’aide à la prise de décision, domaine dans lequel le cabinet estime qu’il faudra s’inspirer de l’analyse cognitive (« Cognitive Analytics »), afin de permettre l’automatisation de certaines tâches et de resserrer la marge d’erreur des prédictions.

Industrialiser le crowdsourcing et l’engagement

L’étude se penche sur l’importance de l' »Industrialized Crowdsourcing ». Concentration des ressources et des savoirs en provenance d’un cadre qui sort du milieu professionnel traditionnel, celle-ci permettrait de faire progresser considérablement la collecte de données, tout en offrant de nouvelles pistes de réflexion en matière d’innovation complexe.

L’optimisation de l’expérience utilisateur est aussi évoquée grâce au digital. Le rapport de Deloitte estime que face à une interface intuitive et des contenus de qualité et personnalisés, l’utilisateur accepte de dévoiler plus d’informations et peut plus rapidement développer le « Digital Engagement », soit un rapport de fidélité avec l’entité.

Tendance technologique majeure pour le grand public, le Wearable Computing aurait également son rôle à jouer au sein de l’entreprise, affirme le document. Cette innovation, qui consiste à embarquer de la technologie sur ses vêtements, pourrait notamment être intégrée dans les processus métiers, spécifiquement là où le contexte n’est pas favorable à l’utilisation d’un terminal nomade traditionnel (ordinateur portable, smartphone…).

Le cloud et les réseaux sociaux ont toujours la cote

Si les tendances évoquées dans ce rapport tournent globalement autour de grands enjeux qui touchent également l’industrie grand public, Deloitte insiste tout de même sur la nécessité d’investir dans l’innovation en interne. Le cabinet estime qu’au préalable, il faut nécessairement aborder le problème de la dette technique afin d’aboutir à une réduction des coûts engendrés par un SI vétuste, et investir ensuite dans l’avenir. Une manière d’inverser le principe de la dette technique (Technical Debt Reversal).

On retrouve aussi les réseaux sociaux au cœur des grandes mutations prévues pour 2014. Un domaine dans lequel Deloitte invite les entreprises à abandonner la simple observation au profit d’une action ciblée pour maximiser les interactions avec les potentiels interlocuteurs (Social Activation).

Sans surprise, le rapport confirme que le cloud sera toujours un élément majeur du développement technologique des entreprises pour l’année en cours. Le document enjoint donc les DSI à développer de nouveaux modèles cloud-to-cloud et cloud-to-core afin d’être prêts à incorporer les services innovants des années à venir. Il faut pour cela se mettre en condition d’orchestrer les différentes solutions techniques à disposition (Cloud Orchestration).

Enfin, Deloitte évoque l’importance de suivre la révolution In-memory, désormais utilisable dans les systèmes transactionnels et qui devrait permettre l’optimisation de nombreux processus, avant de conclure sur la démarche Real-time DevOps, qui consiste à accélérer la mise en production des applications.