Pour son 2ème trimestre fiscal 2014-2015, Oracle présente des résultats favorables avec un chiffre d’affaires en hausse de 3,5 %, s’établissant à 9,6 Md$, contre 9,51 Md$ prévus par les analystes.

L’éditeur a enregistré 7,3 Md$ de revenus grâce à ses logiciels et ses offres cloud (+4 %) et 1,3 Md$ avec la vente de matériel (+1 %).
Le bénéfice net recule toutefois de 2 % et se fixe à 2,5 Md$, contre 2,55 Md$ à la même période l’an passé.

L’activité cloud porte ses fruits
Ces bons résultats trimestriels sont, selon Oracle, avant tout dus aux activités de cloud computing, qui comprennent les offres IaaS (Infrastructure as a Service), PaaS (Platform as a Service) et SaaS (Software as a Service). Ces dernières ont bondi de 45 %, générant un chiffre d’affaires de 516 M$.

Si cette progression satisfait l’éditeur, il convient de remarquer ses revenus tirés du cloud ne représentent encore que 5,3% de son chiffre d’affaires, là où SAP est, pour son troisième trimestre, à un taux de 6,5% (278 M€ sur 4,25 Md€). Salesforces, de son côté, tire l’essentiel de ses revenus (1,38 Md$ pour son troisième trimestre fiscal) des souscriptions et du support sur ses applications SaaS. Oracle a donc encore du pain sur la planche.

Mais l’éditeur est confiant, annonçant avoir enregistré des réservations de services et offres cloud en progression de 140 % pour son troisième trimestre fiscal 2014-2015.