Les chiffres sont au beau fixe pour Econocom. La société de services informatiques a amélioré son chiffre d’affaires de 15 % sur l’exercice fiscal 2013 par rapport à l’année précédente, à 1,77 Md€. Cette bonne performance est le résultat d’une croissance organique de 3,5 %, mais aussi de l’acquisition d’Osiatis en avril 2013, pour un montant de 175 M€.

Le résultat opérationnel courant a, lui, progressé de 20 % sur un an, approchant les 90 M€, dont 9 M€ provenant d’Osiatis. « L’exercice 2013 illustre le succès de notre stratégie de croissance mixte. Nous avons engagé notre ambitieux plan Mutation 2017 et accéléré nos investissements dans le digital, nouveau point à conquérir », souligne le PDG d’Econocom, Jean-Louis Bouchard.

Objets connectés et embauches à la clé

En 2014, Econocom souhaite donner la priorité à la finalisation de l’intégration d’Osiatis, tout en continuant parallèlement sa mutation. La SSII entend en effet mettre l’accent sur le développement de solutions dédiées aux objets connectés. Econocom souhaite aussi contribuer activement à l’industrie du cloud, ce qui s’est concrétisé en début d’année par le lancement de l’opérateur Digital Dimension avec Georges Croix, l’ancien PDG de Prosodie, et par la nouvelle offre de cloud privé Vicube Private Cloud.

La société prévoit un chiffre d’affaires de 2 Md€ pour l’exercice en cours, ce qui témoignerait d’un léger tassement de sa croissance annuelle. D’ici là, Econocom va recruter près de 600 ingénieurs, de préférence issus des grandes écoles comme Supinfo, Epita ou Telecom ParisTech.