Pour 2014, Econocom affiche un chiffre d’affaires en hausse de 18,3 %, établi à 2,09 Md€. La SSII mise sur un résultat opérationnel légèrement supérieur aux 88,8 M€ enregistrés en 2013. Sa trésorerie nette s’élève, elle, à 122 M€, pour un endettement évalué à 106 M€.
Dans le détail, l’activité gestion administrative et financière d’Econocom enregistre un chiffre d’affaires de 1,045 Md€, en progression de 1,7 %. La branche services génère de son côté 663 M€ de revenus, soit une augmentation record de 61,8 % sur un an, imputable au rachat d’Osiatis en septembre 2013 et au développement de Digital Dimension (30 M€).

Le département produits et solutions, positionné sur les objets connectés, engrange, pour sa part, 382 M€, soit une hausse de 18,2 %.
Pour 2015, Econocom se révèle confiant, souhaitant poursuivre son développement et sa progression sur les créneaux porteurs des applications mobiles, de l’e-santé et de la sécurité.

Une stratégie d’acquisitions efficace

Depuis un an, Econocom conduit aussi une stratégie d’acquisitions pertinente, qui a su porter ses fruits.

Après Osiatis en 2013 et Rayonnance en mai dernier, la SSII a absorbé, en juillet 2014, Comiris et SAS Serveur, axés respectivement sur les outils collaboratifs et les offres cloud public-privé pour entreprises.

En août, Econocom a également racheté Syrix, spécialisé dans la gestion de la performance des applications. Enfin, le groupe a annoncé récemment l’acquisition du français Aragon-eRH, éditeur de solutions SIRH en mode cloud.