Tandis que le marché du stockage s’affiche en hausse, le cabinet IDC note une forte progression du segment des baies Flash – comprenant les modèles hybrides et ceux entièrement Flash.

Selon une nouvelle étude publiée le 6 janvier, l’émergence des systèmes de stockage Flash, plus à même de supporter les charges de travail complexes, ont stimulé la demande, portant le chiffre d’affaires total de l’industrie à 11,3 Md$ en 2014.
Parmi les start-ups leaders de l’industrie, on retrouve Nimble Storage, Pure Storage et SolidFire. Toutes viennent répondre à un besoin croissant dans les datacenters.

Les acteurs historiques – EMC, HP, IBM, NetApp, Oracle…- proposent eux aussi du Flash dans leur portefeuille, même si cela reste récent. 
 

Le modèle hybride plébiscité dans le datacenter
« Les fabricants optimisent leurs offres de stockage de façon agressive grâce au Flash, afin d’améliorer les performances, la durée de vie, la fiabilité et assurer un coût plus faible par gigaoctet », note Éric Burgener, patron de la recherche pour le stockage chez IDC. 

Sur les deux technologies étudiées par l’institut, le SSD (AFA) reste encore minoritaire, avec 1,3 Md$ dépensé l’an dernier, contre 10 Md$ pour le disque hybride (HFA), associant du Flash à une partie mécanique. C’est, à l’heure actuelle, la façon la plus économique de conjuguer l’augmentation des performances et l’espace disque.