Les 22 membres fondateurs ont signé à Bruxelles les documents constitutifs à l’association internationale à but non lucratif  « GAIA-X AISBL », destinée à veiller à la sécurisation des fonds et à l’investissement de ses membres dans le projet de métacloud fédéré européen.

L’initiative Gaia-X franchit ce 15 septembre 2020 une nouvelle étape dans la concrétisation d’un métacloud européen destiné à assurer la souveraineté de l’Europe sur ses données et ses infrastructures cloud. Elle vise à créer un environnement dans lequel les données peuvent être partagées et stockées sous le contrôle des propriétaires et des utilisateurs, et dans lequel des règles sont définies et respectées, afin que les données et les services puissent être facilement disponibles, compilés, transférés et échangés.

Les 22 membres fondateurs viennent de signer à Bruxelles les documents engageant le processus de création d’une association internationale à but non lucratif dédiée à la concrétisation de Gaia-X. L’association doit veiller à la sécurisation des fonds nécessaires à la mise en œuvre du métacloud européen ainsi qu’à la définition de normes et prototypes de mise en œuvre, tant du point de vue des fournisseurs que des utilisateurs. L’association est aussi chargée de mettre en place des structures organisationnelles clés afin de développer une culture de confiance et d’échange de connaissances en toute transparence.

Le modèle associatif retenu doit permettre l’accueil massif de nouveaux membres européens mais aussi internationaux dans le respect des valeurs européennes de protection des données.

« Grâce à GAIA-X, nous construisons, tous ensemble, une infrastructure numérique souveraine et fiable et un écosystème d’innovation en Europe » explique Servane Augier, COO de 3DS Outscale, l’un des membres fondateurs. « De cette façon, nous renforcerons la souveraineté numérique des entreprises, de la recherche et de l’éducation, des gouvernements et de la société dans son ensemble ».

« L’objectif de GAIA-X est d’introduire transparence et interopérabilité des services cloud en Europe. Cette approche européenne souveraine des données est essentielle à l’heure où de plus en plus d’applications et données critiques sont détenues par les GAFAM et où les BATX révèlent leurs stratégies d’expansion » souligne de son côté Anne-Sophie Taillandier, directrice de Teralab, la plateforme de l’Institut Mines-Telecom. Les enseignants-chercheurs de l’IMT travaillent sur les technologies de traitement, d’échange et de protection des données, mais aussi sur leurs usages et sur les modèles de valorisations économique et sociétale des données personnelles et d’entreprises. « Avec GAIA-X, l’IMT participe à la construction d’un nouvel écosystème pluraliste pour accompagner la transformation numérique de la société » poursuit Anne-Sophie Taillandier.

« En tant que membre fondateur du projet GAIA-X, Scaleway est fier de collaborer avec les acteurs clés du cloud européen sur cette initiative qui a pour but d’ouvrir la voie à une infrastructure européenne commune souveraine pour les données déclare de son côté Yann Lechelle, CEO de Scaleway. Notre approche qui s’appuie sur notre compatibilité S3 et notre orchestration Kubernetes, va de pair avec les valeurs fondatrices de GAIA-X : fournir une offre compréhensible et réversible aux clients européens. Les entreprises qui saisissent, consomment et produisent les données ont compris qu’il est temps de choisir des acteurs européens qui respectent la sécurité de leurs données sensibles afin de se protéger des incertitudes géopolitiques auxquelles nous faisons face.

L’association a d’ores et déjà planifié l’organisation d’un sommet GAIA-X, mi-novembre 2020. Une date qui devrait marquer le véritable départ de cette initiative ambitieuse…

Qui sont les 22 membres fondateurs de GAIA-X AISB ?

3DS Outscale Fraunhofer Gesellschaft
Amadeus German Edge Cloud
Atos Institut Mines-Télécom (IMT)
Beckhoff Automation IDSA
BMW Orange
Bosch OVH
CISPE PlusServer
DE-CIX Safran
Deutsche Telekom SAP
Docaposte Scaleway
EDF Siemens