Data / IA

SHORT S2E5 – L’IA générative va-t-elle vraiment remplacer les salariés ?

Par Thomas Pagbe, publié le 30 janvier 2024

C’est une question qui anime sans cesse les débats : l’IA générative représente-t-elle un danger pour la place actuellement occupée par les salariés dans l’entreprise ? Voici les éléments de réponse, appuyés par les derniers chiffres et études sur le sujet.

YouTube

En chargeant cette vidéo, vous acceptez la politique de confidentialité de YouTube.
En savoir plus

Charger la vidéo

Tout semble être allé très vite depuis le lancement de ChatGPT en 2022. Certaines entreprises n’ont pas attendu pour prendre des mesures significatives. C’est notamment le cas en France, où une entreprise spécialisée dans la veille a fait les gros titres en procédant à une importante vague de licenciements. Au total, 217 des 380 salariés ont été remerciés pour être remplacés par des outils d’IA générative. Selon une récente étude de PWC menée auprès de plus de 4700 chefs d’entreprise de 105 pays, un quart des PDG interrogés envisagent de licencier au moins 5 % de leur personnel en 2024 en raison de l’efficacité de l’IA générative.

IA vs salariés : économies en vue, info ou intox ?

Si broyer des fiches de paie pour les remplacer par des abonnements mensuels à une IA générative peut sembler être le rêve de tout comptable, la réalité est en fait tout autre. C’est du moins ce qu’affirme la dernière étude sur le sujet réalisée par le MIT. Selon cette étude, pour certaines tâches – et cela n’est pas une nouveauté – l’IA serait effectivement plus efficace et plus économique qu’un humain. Cependant, pour atteindre un niveau d’efficacité proche de celui des salariés, ou même le dépasser, des dépenses considérables seraient nécessaires pour déployer le matériel et les équipements adéquats. Ce qui pourrait compromettre les économies réalisées auparavant.

Personne ne sera épargné…

Ce n’est pas demain la veille que les professeurs seront remplacés par des ChatGPT et autres outils similaires. Néanmoins, certains métiers, tels que nous les connaissons aujourd’hui, vont évoluer. Certes, certains métiers ne seront plus assurés à 100% par des humains et d’autres sont peut-être même menacés. Par ailleurs, d’autres professions ne sont absolument pas concernées. Le discours sur le grand remplacement (par l’IA) ressemble étrangement à ceux que l’on pouvait entendre lors de l’émergence des robots et d’Internet. Il appartient aux femmes et aux hommes de s’appuyer astucieusement sur l’IA générative pour permettre d’alléger de nombreuses tâches parfois ingrates.

À LIRE AUSSI :

Dans l'actualité