IBM s’attaque à la question de la fraude en lançant une initiative s’articulant autour du nouveau logiciel Counter fraud Management et d’un ensemble de services. L’idée est de prévenir et désamorcer la fraude en accompagnant les entreprises sur ce terrain délicat pour, explique Big Blue, « mieux tirer parti des solutions big data et analytics ».

Avec ce projet, IBM met à profit l’expertise de plus de 500 consultants spécialisés dans la cybersécurité, engageant 290 brevets en lien avec ce sujet.

Avec son offre Counter fraud as a service, la société va offrir quatre niveaux de sécurisation portant sur l’hébergement, la gestion des applications, la modélisation des comportements et l’analyse.

Un contexte en évolution

IBM fournit ainsi aux entreprises un outil offrant à la fois une vision globale des menaces, en se basant sur une grande quantité de données venant de sources internes comme externes et en provenance de tous les canaux (mobile, social, cloud), et des clés d’analyse.

« Cet outil peut comprendre les relations complexes entre les individus et les entreprises et s’appuie sur un algorithme de machine learning pour aider à prévenir les attaques futures en se basant sur les précédentes, et sur l’analyse des comportements et leurs interactions », fait valoir IBM.

Selon Gartner, un quart des grandes entreprises dans le monde ont déjà adopté des solutions utilisant les big data et l’analytic pour au moins une question de sécurité. Le marché serait d’ailleurs toujours plus demandeur de ce genre d’outil, alors que la fraude prend un nouveau visage, s’attaquant à la mobilité, aux réseaux sociaux et au cloud.