La Commission européenne vient d’annoncer avoir donné son feu vert pour l’acquisition de Micros Systems par Oracle. Rendue publique le 23 juin dernier, cette opération d’envergure devait d’abord recevoir l’aval de Bruxelles, qui souhaitait s’assurer qu’elle ne poserait pas de problème de concurrence.

Passé au crible dans le cadre d’une procédure simplifiée, ce rachat, l’un des plus importants de l’année dans le secteur, ne devrait pas créer d’iniquité, selon la Commission.

Un rachat pour un montant de 5,3 Md$

Si Oracle a souhaité racheter Micros Systems, c’est pour mieux s’implanter dans le secteur des systèmes commerciaux pour les métiers de la vente. Micros Systems emploie 6 500 personnes, revendiquant l’an passé un bénéfice net de 171,4 M$ et un chiffre d’affaires de 1,2 Md$.

Ses logiciels s’adressent aux professionnels de la distribution et de la restauration et ambitionnent d’englober tous leurs besoins en la matière, des points de vente à la gestion des biens, en passant par les systèmes centraux, le commerce électronique et la gestion des relations clients.

Ce rachat est estimé à 5,3 Md$, ce qui représente l’acquisition la plus importante pour Oracle depuis celle de Sun Microsystems en 2010, acheté 7,4 Md$. S’il s’agit d’une somme considérable, l’éditeur n’a cependant pas eu à lever des fonds : sa trésorerie est estimée à 39 Md$…