A l’instar des directions financières ou des directions commerciales, les DRH se dotent d’outils décisionnels.

Aujourd’hui, les entreprises sont dans la recherche de l’efficience de leurs RH. Pour Pierre Polycarpe, consultant chez Taleo, « le DRH doit être capable d’anticiper des formations ciblées pour faire évoluer ses collaborateurs, d’analyser finement la politique de rémunération, l’évolution des carrières et les opportunités de mobilité, autant de paramètres qui aident à prévenir les climats sociaux et à se prémunir contre les dérapages observés dans certains grands groupes ». D’où le souhait des entreprises d’enrichir leurs SIRH de solutions de business intelligence (BI). « Les entreprises du CAC 40 ont de vraies attentes en matière d’outils décisionnels, et là où ces projets de BI étaient traités de façon indépendante des PGI, ils sont désormais associés. Les offres sont de plus en plus packagées », renchérit Pascale Gimet, directeur business de GFI Informatique. Pour preuve, Oracle-Peoplesoft, HR Access, Cegedim SRH, et SAP ont ajouté une dimension BI à leurs solutions historiques, afin de croiser des données complexes et d’en extraire des indicateurs plus élaborés que ceux issus des outils traditionnels de reporting. En revanche, la constitution de ces indicateurs mérite une réflexion approfondie pour identifier les informations pertinentes qu’il est bon de recueillir pour accompagner la prise de telle ou telle décision.