Sous l’effet de la transformation numérique des entreprises, le marché du big data affiche d’importantes perspectives de croissance, estime le cabinet IDC. Celui-ci anticipe une progression annuelle de l’ordre de 23,1 % jusqu’en 2019. À ce stade, ce marché représentera 48,6 Md$ de chiffre d’affaires, infrastructure, logiciels et services compris.

Dans le détail, le segment du logiciel est celui qui devrait progresser le plus rapidement avec un rythme annuel de 26,2 %, contre 21,7 % pour l’infrastructure et 22,7 % pour les services. Pour autant, l’infrastructure est le segment qui pèse le plus : 50 % du marché du big data.

La finance, très demandeuse

Concernant les clients, les plus gros demandeurs en big data sont actuellement les industries de production (2,1 Md$ de chiffre d’affaires), les banques (1,8 Md$) et les industries de transformation (1,5 Md$). Les clients dont les investissements progresseront le plus vite dans les quatre années à venir seront la finance (26 % de croissance annuelle), la banque (26 %), mais aussi les médias (25 %). Ces investissements dans le big data sont surtout motivés par une quête d’amélioration de l’expérience client, de l’innovation des produits et services, et l’optimisation des processus.

Le cabinet d’analyse prévient toutefois que la croissance est amenée à ralentir à mesure que le marché gagnera en maturité. La raison principale de ce phénomène se trouve dans la pression accrue sur les prix pour l’infrastructure et l’expansion des logiciels open source.