À première vue, le marché mondial du logiciel d’infrastructure et du middleware a fait du sur-place en 2015, stagnant à 0,1 % de croissance annuelle, d’après Gartner. En réalité, le secteur a pâti d’un dollar fort, sans lequel les ventes auraient bondi de 7,8 % à taux de change constant. Au cœur de cette dynamique, on trouve les plates-formes de développement dans le cloud (PaaS) dont la croissance s’est révélée très importante sur l’ensemble de l’année.

Dans le détail, le PaaS d’intégration (iPaaS) a progressé de 55 %, alors que le PaaS d’application (PaaS) a évolué de 40 % sur la période. Ce vent nouveau affecte l’ensemble du marché du logiciel d’entreprise. Keith Guttridge, directeur de recherche pour Gartner, considère que « 2015 a été l’année durant laquelle l’iPaaS est devenu une sérieuse alternative aux approches traditionnelles d’intégration basées sur le logiciel », grâce à son faible coût.

La locomotive Salesforce

Les acteurs ont toutefois connu des destinées diverses. IBM, leader avec 25,2 % de parts de marché, a vu ses ventes s’éroder de 12,8 %, à tout juste 6 Md$. Il devance toujours nettement Oracle qui contrôle 13,3 % des ventes (-3,8 % en 2015, à 3,1 Md$). Microsoft, troisième, est, lui, parvenu à relever ses ventes de 5,3 %, à 1 Md$, lui conférant 4,7 % de parts de marché.

En fait, le vrai champion est bel est bien Salesforce : le spécialiste du cloud continue de surfer sur un rythme de croissance à deux chiffres, avec une progression annuelle de 36,4 %. La société de Marc Benioff parvient à franchir le cap symbolique du milliard de dollars de recettes. Avec 4,2 % du secteur, l’entreprise talonne désormais sérieusement Microsoft.