Plus d’un milliard d’euros sur 5 ans. Tel est donc le financement du plan cybersécurité français dévoilé hier par Emmanuel Macron alors que l’opinion publique est en émoi après les cyberattaques sur les hôpitaux de Dax et de Villefranche en pleine crise pandémique.

En novembre dernier, le Cigref alertait le Premier ministre dans une lettre ouverte témoignant de la préoccupation des grandes entreprises et administrations publiques face à l’augmentation en nombre et en force de frappe des cyberattaques. Le Cigref et le Syntec Numérique n’ont pas encore officiellement réagi aux annonces du Plan Cybersécurité français. Annoncé hier par le président de la République Emmanuel Macron, ce plan n’en demeure pas moins une réponse aux inquiétudes non seulement des entreprises et organismes d’État mais aussi à celles des Français qui voient les incidents sur les hôpitaux et les collectivités locales monopoliser chaque semaine la Une de leurs quotidiens et journaux radios/TV.

Plus d’un milliard d’euros sur 5 ans

Financé notamment par France Relance et le Programme d’investissement d’avenir, ce Plan Cybersécurité va mobiliser 1 milliard d’euros, dont 720 millions de financements publics sur les 5 années à venir. Comme pour le Plan Quantique, l’accent est notamment mis sur la formation avec une volonté de doubler les effectifs de la filière d’ici à 2025.

Un Campus Cyber

Le plan Cybersécurité français concrétise aussi le « Campus Cybersécurité » appelé de ses vœux par Guillaume Poupard, le patron de l’ANSSI, et dont les contours ont été dessinés dès 2019 par la mission menée par Michel Van Den Berghe, CEO d’Orange Cyberdéfense. Inspiré du Cyber Park Israélien, ce Campus Cyber sera installé à la Défense en région Parisienne dans une tour de 14 étages offrant un espace total de 20 000 mètres carrés.
Lieu « Totem », il cherche à fédérer l’écosystème de la cybersécurité en France pour renforcer les liens et les synergies entre les acteurs de la filière.
800 personnes (acteurs publics, industriels, chercheurs, acteurs de l’innovation publique et privée) y œuvreront pour renforcer la collaboration opérationnelle, favoriser l’émergence de solutions aptes à concurrencer les offres étrangères, contribuer au développement d’une culture nationale et européenne de la cybersécurité, soutenir la recherche et développer la formation.
Le financement de ce Campus est évalué à 148 millions d’euros, dont 74 millions d’euros de financements publics.

Les 5 piliers du Plan Cybersécurité français

Plus généralement, le plan Cybersécurité se divise en 5 axes :

1/ 515 millions d’euros (dont 290 M€ de financements publics) pour « Développer des solutions souveraines et innovantes de cybersécurité ».
L’objectif de ces fonds est de soutenir la recherche et l’innovation pour assurer une maîtrise française sur les technologies d’avenir en matière de cyber-résilience et le développement de solutions souveraines indispensables à notre autonomie stratégique. Ils serviront également à la création d’un incubateur de startups de cybersécurité (50 millions d’euros).

2/ 148 millions d’euros (dont 74 M€ de financements publics) pour « Renforcer les liens et les synergies entre les acteurs de la filière cybersécurité ». Avec, comme on l’a vu plus haut, la création d’un Campus Cyber à La Défense secondé par des antennes régionales.

3/ 176 millions d’euros (dont 156 M€ de financements publics) pour « Soutenir l’adoption de solutions cyber au niveau des individus, des entreprises, des collectivités et de l’État ».
L’objectif est d’insuffler une culture nationale de la cybersécurité, de renforcer la prise de conscience de la population au risque cyber. La sécurité numérique de l’État sera aussi renforcée à travers les projets portés par l’ANSSI pour un budget de 136 millions d’euros sur 2021/2022.

4/ 200 millions d’euros (de financements publics) pour « Soutenir les acteurs français et les startups ».

5/ Former plus de jeunes et professionnels aux métiers de la cybersécurité afin de faire face au déficit de main-d’œuvre. C’est le seul pilier qui n’a pas de financements propres puisqu’il est au final transversal aux quatre autres.

Des objectifs chiffrés

Si la stratégie est claire et les financements bien définis, on retiendra également que ce Plan Cybersécurité français fixe également des objectifs chiffrés à l’horizon 2025 :

Multiplier par 3 le chiffre d’affaires de la filière pour l’amener de 7,3 milliards d’euros en 2020 à 25 milliards d’euros en 2025.

Multiplier par 2 le nombre d’emplois dans la filière pour passer de 37 000 personnes à 75 000.

Augmenter de 20% au moins le nombre de brevets enregistrés auprès des SATT et de France Brevets.

Multiplier par 2 le nombre de thèses CIFRE.

Faire émarger au moins 3 Licornes françaises de la Cybersécurité.

Augmenter de 30% la recherche partenariale.

Au final, on retiendra de ce plan une volonté d’imposer une culture française de la cybersécurité et de disposer d’un Campus Cyber qui servira de tremplin à la recherche et à l’émergence de startups dans ce domaine. On retiendra également que ce plan n’est pas uniquement tourné sur la cybersécurité des structures de l’État et des entreprises mais veut aussi interpeler chaque français. Comme le rappelle Cédric O, secrétaire d’État chargé de la transition numérique et des communications électroniques, « pour développer la cybersécurité au profit de tous, les financements ne suffiront pas. Il est nécessaire de convaincre, de sensibiliser et d’accompagner les utilisateurs car la cybersécurité est l’affaire de tous et repose sur l’engagement de chacun »…