Au sein du giron confortable de Microsoft, les Windows Phone vont pouvoir continuer à creuser l’écart avec les Blackberry, qui ne représentent plus qu’une faible part de marché.

En rachetant Nokia pour 5,4 milliards d’euros, Microsoft a peut-être déjà fait une première victime collatérale : Blackberry. En mai dernier, le système Windows Phone avait dépassé pour la première fois celui du constructeur canadien, avec 3,2 % de parts de marché. Comparé à iOS et Android, Windows Phone reste petit, mais il a le vent en poupe. Alors que Blackberry accumule les échecs commerciaux et ne cesse de céder des parts de marché. Présentés en janvier dernier, les terminaux Z10 et Q10 ne se sont pas bien vendus pour l’instant, alors qu’ils devaient représenter le renouveau de l’entreprise.

Intégrés dans Microsoft, les terminaux Windows Phone vont pouvoir bénéficier de toute la puissance de frappe marketing de la firme de Redmond. Capitalisant sur sa gamme logicielle, Microsoft pourra, en particulier, créer facilement des offres intéressantes pour les entreprises, le marché de prédilection de Blackberry. Il y a donc peu de chances que le constructeur puisse rattraper son compétiteur. Or, il y a déjà à peine assez de place pour trois systèmes d’exploitation sur le marché des mobiles. Les chances de survie de Blackberry commencent donc à se réduire comme peau de chagrin.

Blackberry est à vendre

L’acquisition par un géant high tech pourrait être une sortie honorable pour cette entreprise. D’ailleurs, les dirigeants de l’entreprise sont en train de rechercher activement un repreneur potentiel. Mais qui voudrait l’acheter ? Microsoft vient de reprendre Nokia. Google a déjà acheté Motorola. Apple a sa propre gamme de smartphone. HP n’a pas encore oublié son échec cuisant avec Palm OS. Reste, éventuellement, l’hypothèse d’un fabricant chinois qui voudrait prendre pied sur les marchés occidentaux. Mais rien n’est moins sûr.

Sans repreneur, la question de l’avenir de Blackberry se pose. D’ailleurs, certains gros clients n’y croient plus. La banque d’investissement Morgan Stanley a bloqué sa migration vers Blackberry 10, par crainte de ne pas pouvoir bénéficier d’un accompagnement sur le long terme…  

Retrouvez notre dossier complet sur le rachat de Nokia par Microsoft.