À la tête d’une société spécialisée dans les neuro-technologies, Elon Musk prévoit de sortir une interface homme-machine d’ici une dizaine d’années sous forme de puce implantée dans le cerveau.

Que ceux qui n’ont jamais lu le « Neuromancien » se jettent sur cet ouvrage de science-fiction de William Gibson publié en 1984 et considéré comme le roman fondateur du mouvement Cyberpunk. Autrement dit épingles dans les oreilles et bagues dans le nez ? Non, vous n’y êtes pas du tout.
À l’ère du Neuromancien, l’ère Cyberpunk est celle des puces qu’on se colle dans le cerveau pour interagir avec la Matrice…

Bien sûr, Elon Musk n’en est pas encore là mais le patron de SpaceX, de Tesla et de Neuralink, une société spécialisée dans les neuro-technologies qu’il a fondée en 2016, prédit la sortie d’une interface homme-machine neuronale d’ici une dizaine d’années qui pourrait améliorer considérablement les capacités cognitives des humains.

Cette interface prendrait la forme « d’une puce dotée d’un tas de fils minuscules » qui serait implantée dans le cerveau par voie chirurgicale.

Elon Musk est certes un habitué des fanfaronnades et autres annonces en grande pompe pour faire sensation. Mais avec Tesla ou encore SpaceX, il a aussi prouvé qu’il devait être pris au sérieux. L’homme ne sera peut-être pas sur Mars en 2025 mais grâce au milliardaire ambitieux, il est sur la bonne voie. Et, à défaut d’aller sur Mars, Elon Musk aura déjà eu le mérite de relancer la conquête spatiale.

Nul doute que son annonce d’interface homme-machine va elle aussi contribuer à stimuler un marché en pleine ébullition et qui a fortement évolué ces dernières années : celui des interfaces homme-machine implantées au plus proche du cerveau. L’idée est de permettre une symbiose entre la pensée humaine et l’intelligence artificielle pour rendre les interactions plus immédiates. Mais ces interfaces pourraient aussi, selon Elon Musk, contribuer à réparer certaines déficiences humaines comme les pertes de mémoire ou le pilotage d’équipements bioniques chez les personnes dont la moelle épinière est endommagée.