Afin de mesurer les facteurs de transformation et de rupture dans les entreprises industrielles, l’éditeur de solutions de gestion d’entreprise IFS a interrogé 1 000 décideurs IT, tous secteurs confondus (fabrication industrielle distribution, construction, etc.), dans 12 pays. Si, globalement, 93 % des sociétés considèrent le changement comme une opportunité, le détail est également très riche d’enseignement.

IFS note ainsi de grandes tendances communes à plusieurs pays, comme une impulsion de dynamiques de la part de la direction de l’entreprise, des objectifs métiers définis ou encore un leadership efficace. Pour 68 % des sociétés interrogées, la demande client est le facteur le plus important dans la transformation de leur métier. Elle est suivie à 37 % par les décisions des cadres dirigeants et à 29 % par la disponibilité des produits.

Disparités régionales

L’étude révèle aussi des disparités intéressantes par pays. Par exemple, en Chine, les cadres dirigeants sont très influents, avec un taux de décision de 65 %, contre 37 % dans le reste du monde. En Allemagne, ce sont les technologies de rupture les plus influentes, avec 44 %. Autre tendance au Benelux et dans les pays scandinaves, où les collaborateurs belges, luxembourgeois et norvégiens ont beaucoup d’influence (44 % pour ces trois pays, contre une moyenne mondiale de 28 %).

En France, les répondants sont plus sensibles aux fusions et acquisitions que les participants des autres pays, avec un taux de 41 %, soit plus du double de la moyenne mondiale qui est à 20 %.