Les données sont essentielles, mais non fiables. C’est ce que pensent 92 % des entreprises interrogées dans une étude menée auprès de 1 400 professionnels dans huit pays à travers le monde. En Europe, seulement 41 % des sociétés disent faire suffisamment confiance aux données pour s’appuyer dessus dans les processus décisionnels importants. Et pour cause, elles estiment à 27 % la quantité de données purement erronée. Pour expliquer cela, les interrogés pointent d’abord les erreurs humaines à hauteur de 33 % (25 % en France).

Dans l’Hexagone, ce sont principalement les budgets qui seraient en cause, pour 42 % des répondants. Au niveau mondial, le manque de ressources internes, de technologies adaptées et de stratégie est mis en avant. Actuellement, seule une entreprise sur cinq aurait une politique globale de gestion des données. Cette absence aurait pour conséquence un risque de non-conformité et de réglementation à 52 %, la diminution de la satisfaction client à 51 % et la perte du revenu client à 43 %.