Le cabinet Markess vient de dévoiler un rapport qui dresse l’état des lieux du big data au sein des entreprises françaises. Le document, qui compare les données actuelles avec celles de 2012, révèle que le big data est de plus en plus intégré dans les stratégies des entreprises françaises.
Ainsi l’enquête, menée auprès de 220 décideurs de ces structures, précise que 11 % de ces sociétés ont déjà mené un projet big data, soit deux fois plus qu’en 2012. Surtout, elles sont désormais plus d’un tiers (37 %) à déclarer qu’elles ont des projets similaires en cours ou qu’elles sont actuellement en phase de réflexion pour leur mise en place.
Pénurie de compétences en interne
En tête de liste figurent les acteurs de la distribution, les opérateurs de services, ainsi que les banques et les assurances. Le type de projet mené a également considérablement évolué. En 2012, le big data était essentiellement un outil destiné à la gestion de données clients non structurées ainsi qu’à l’analyse prédictive. Désormais, les projets sont plus généralement dédiés à l’exploitation de volumes importants de données en temps réel.

Si plus de la moitié des structures visées par cette enquête reconnaissent ne pas encore s’être penchées sur la thématique, 75 % des décideurs estiment qu’ils ont, à titre individuel, une bonne ou très bonne connaissance de ce qu’est le big data.
Une proportion sensiblement équivalente (80 %) estime néanmoins que le principal problème auquel ils sont confrontés se situe au niveau du manque de compétences en interne pour mener à bien ce type de projet. Une inquiétude qui se matérialise par les chiffres : à peine 4 % des entreprises sondées disposent, en interne, de data scientists.