C’est une tendance de fond, les directions métiers occupent une place grandissante dans les dépenses IT. Une projection du cabinet IDC établit que, d’ici 2019, 47 % des dépenses dans les entreprises seront le fait des métiers, soit 3 % de plus qu’en 2015. Un glissement largement poussé par la mobilité et le cloud.

Ce phénomène est déjà nettement observable aux États-Unis où, l’an passé, les métiers captaient 58,2 % des dépenses informatiques, pour un montant total de 324 Md$. En Europe, la situation est bien différente, avec à peine 38,1 % des dépenses gérées par les métiers. Leur poids est encore moindre en Asie.

La DSI indispensable sur la chaîne de production

Le département en plus forte progression est le marketing. Celui-ci figure en tête avec une croissance annuelle de 6,4 % prévue d’ici 2019, devant la sécurité avec 6 % attendus par IDC. Dans une étude datant de 2014, Avanade rapportait qu’en France 31 % des dépenses informatiques échappaient au contrôle de la DSI.

Le recul de la direction informatique n’est toutefois pas nouveau. La multiplication, ces dernières années, des applications cloud vendues comme des services y contribue très largement. Sans installation, déploiement et support, les outils SaaS s’affranchissent souvent de la DSI. Mais dès qu’il s’agit de sujets plus complexes, son rôle redevient indispensable. Comme la gestion des chaînes de production, ou la gestion des réclamations.