Proposées en mode SaaS, elles simplifient la gestion des données de référence et des politiques de sécurité tout en accélérant le développement des projets. Découvrez tous les avantages du MDM dans le cloud avec Micropole, société de consulting experte en gouvernance des données.

Entre les investissements en licences, souvent longs à rentabiliser, et le modèle de souscription qui permet de lisser un investissement dans le temps tout en commençant à tirer les premiers bénéfices au bout de quelques mois, voire quelques semaines, les entreprises ont fait leur choix ! Leur avenir est dans le cloud. Un modèle cloud qui touche désormais tous les domaines, y compris celui de la gouvernance des données.

« On assiste actuellement à un virage de tous les acteurs du Master Data Management vers le cloud, que ce soit en mode ‘hosté-managé’ ou pur SaaS, et les entreprises sont sensibles à ces offres qui favorisent un retour sur investissement plus rapide et qui permettent de déporter une partie des responsabilités sur l’éditeur : mises à jour, sécurisation des environnements, etc., estime Régis Prévot, Partner Data & Enterprise Architecture de Micropole. De plus, en optant pour une solution cloud, les entreprises ont la certitude de bénéficier des dernières fonctionnalités proposées par l’éditeur sans avoir à fournir d’effort puisqu’elles n’ont pas à gérer les mises à jour. Résultat, elles n’accumulent pas de dette technique et on sait à quel point celle-ci peut parfois être difficile à résorber ».

Un « time to market » accéléré grâce au cloud

N’ayant plus à se préoccuper du provisionnement d’un environnement et de sa configuration, les entreprises gagnent aussi un temps considérable sur la mise en œuvre de leur projet. D’autant que les solutions SaaS sont souvent enrichies de modules « verticaux » qui contribuent également à l’accélération des projets. « En termes de time-to-market, la différence est importante, précise Régis Prévot. Là, où il fallait en moyenne entre 6 et 8 mois pour adresser un projet, il n’en faut désormais en moyenne que 2 ou 4 grâce à ces fonctionnalités pré-paramétrées. Ces cycles d’implémentation revus à la baisse sont le fruit de solutions SaaS normalisées imposant de rester dans les standards de la technologie. »

Autre avantage, les solutions SaaS sont proposées avec des mécaniques de protection qui permettent aussi d’aller plus vite dans la mise en œuvre : gestion de rôles et des permissions, droits d’accès, filtres, etc. De plus, la sécurité de l’infrastructure relève de la responsabilité de l’éditeur et, ainsi que l’illustre Régis Prévot, l’entreprise s’affranchit de tâches chronophages à réaliser parfois dans l’urgence en optant pour un MDM dans le cloud : « Confrontées par exemple à la faille Log4j (baptisée Log4Shell), certaines entreprises ayant leur solution en interne ont dû bouleverser leur planning pour dégager des ressource très rapidement afin d’appliquer le ou les patchs tandis que celles qui utilisent un MDM en SaaS ont pu s’appuyer sur leur éditeur pour régler le problème. De fait, dans la plupart des cas, le MDM dans le cloud présente de nombreux avantages à condition de prendre en compte certaines réalités qui ne sont pas directement liées au MDM mais à l’évolution des systèmes d’information des entreprises ».

Le parcours de vos données entièrement repensé

Parmi ces réalités, Régis Prévot cite notamment l’essor du modèle hybride et/ ou multicloud qui bouleverse l’organisation des échanges inter- applicatifs. « En soi, le basculement du MDM dans le cloud n’a pas d’impact direct sur cette organisation, explique-t-il, mais il peut être l’occasion de repenser les échanges de données avec de nouvelles technologies, comme les systèmes IPaaS, et de contribuer ainsi à la modernisation des processus ».

Forte d’une expérience de près de 20 ans sur la gouvernance des données, le groupe de conseil et de technologies Micropole possède une solide expertise sur ces problématiques. « Bien que cette tendance commence tout juste à émerger, nous avons déjà accompagné quelques entreprises sur des basculements de MDM dans le cloud avec des projets qui ont généralement duré moins de 4 mois et des bénéfices tangibles et rapides à la clef », conclut le Partner Data & Enterprise Architecture de la société.

 


À lire également :

> Quelle place pour le MDM dans l’architecture d’entreprise d’aujourd’hui ?

> Le MDM au cœur de la transformation numérique des entreprises

> Les Dark data, un gisement à exploiter grâce au big data