Avec 75 000 euros pour un profil expert, le data analyst est le professionnel du Web le mieux payé. Si les développeurs PHP, Java et .Net ont toujours la cote, les spécialistes des technologies mobiles voient, eux, leur rémunération stagner. Le point sur les salaires avec le cabinet de recrutement Urban Linker.

Seuls les profils juniors accusent une baisse de salaire, « du fait de l’augmentation continue du nombre d’autodidactes se dirigeant sur la filière du développement Web ».

Urban Linker note aussi que les salaires des développeurs sans cadre de développement (Framework ou CMS) ont stagné. « La demande des recruteurs se dirige de façon plus généralisée sur des profils ayant une expérience sur des frameworks “innovants” du type de Symfony 2 ou Zend/Magento. »

Que ce soit en environnement Java ou en .Net, les salaires de départ des développeurs juniors sont élevés, s’agissant pour la majorité d’entre eux de diplômés de niveau bac +5.

Urban Linker note pour les développeurs juniors qui se sont aut-formés à Android. Cette double compétence augmente le niveau de salaire. En ce qui concerne le monde .Net, le marché plébiscite les profils .Net Webform liée à l’évolution du Saas, du cloud et des logiciels applicatifs.

L’étude note une augmentation notable des salaires des technologies liées aux métiers front end. Elle l’explique par l’évolution des expériences et des interfaces utilisateurs mais aussi par l’émergence du multi-device. Ce qui implique la maîtrise des aspects de responsive web design en particulier avec Bootstrap Twitter. Autre facteur : la montée en puissance de JavaScript, « liée à sa démocratisation et à l’éclosion de nouvelles librairies/frameworks comme Backbone.js, Angular.js, Ember, Knockout.js… ».

Davantage de projets étant développés du côté utilisateur et non plus du côté serveur, les salaires tendent à se rapprocher des développeurs back-end.En revanche, Urban Linker a retiré de son classement le métier d’intégrateur (x)HTML/CSS2. « Il est en train de disparaitre au profit de métiers alliant davantage de compétences. »

Si la demande en applications mobiles croît toujours, le marché de l’emploi offre davantage de développeurs mobiles ou spécialisés Android, IOS ou Windows Phone. Par ailleurs, l’émergence de certaines technologies permet de développer des sites mobiles de qualité.

Du coup, la tension est moins forte sur ces profils et, selon Urban Linker, les entreprises se montent plus exigeantes sur les compétences des développeurs rencontrés. Ce qui entraîne une stagnation des salaires.

De nouveaux métiers dédiés à l’interface et à l’expérience utilisateur sont apparus, qu’il s’agisse de l’ergonome (UX Designer), du designer d’interaction (UI Designer) ou de l’architecte de l’information.