Ces 12 derniers mois, le nombre de cyberattaques a davantage augmenté dans les entreprises françaises (+51 %) comparé à l’an passé, que dans les sociétés du reste du monde (+38 %). C’est ce que révèle une récente étude du cabinet PwC. Les entreprises françaises subissent en moyenne 21 attaques/jour, des menaces qui proviennent en majorité des employés eux-mêmes (34 %), souligne le cabinet.

Ainsi, les salariés constituent, cette année encore, la principale source des compromissions de données. Cependant les sources qui ont progressé le plus en 2015 sont, elles, externes aux entreprises. En ligne de mire, les prestataires de services et les fournisseurs, dont la responsabilité dans ces menaces a grimpé de respectivement 32 % et 30 % en un an.

Les coûts augmentent d’un tiers

Ce n’est pas tout. Une entreprise française sur cinq pense que ses concurrents sont potentiellement à l’origine de certaines attaques subies. Des rivaux attirés par les données de type propriété intellectuelle, les business plans ou les données de R&D. Pour endiguer ces menaces, les sociétés ont augmenté leurs dépenses en matière de sécurité de 29 % en un an, pour atteindre en moyenne 4,8 M€ chacune.

Alors qu’elles sont certainement nombreuses à sous-peser la rentabilité de telles dépenses, PwC note que le coût moyen des incidents en cybersécurité est évalué à 3,7 M€/entreprise en France. Un chiffre qui a augmenté dans les mêmes proportions (+28 %) que les dépenses pour s’en défendre.