Cinq ans auront suffi au marché mondial des tablettes pour arriver à maturité et montrer ses premiers signes de ralentissement. En 2015, le cabinet IDC a noté un recul des livraisons de 10,1 %, avec 206,8 millions d’exemplaires écoulés. Sur le dernier trimestre, les ventes de tablettes ont même décroché de 13,7 % comparé à 2014.

Cette tendance à la baisse affecte tous les acteurs, y compris le précurseur du marché, Apple, qui reste malgré tout premier. L’américain a vu ses ventes en 2015 chuter de 21,8 %, avec 49,6 millions d’iPad et 24 % de parts de marché. Il devance Samsung, numéro 2 avec 16,2 % du secteur et 33,4 millions de tablettes vendues, en recul de 16,1 %. Troisième, le chinois Lenovo est parvenu à se stabiliser avec une légère hausse de 0,4 %, pour 11,2 millions d’appareils écoulés, mais une part de marché d’à peine 5,4 %.

Succès de l’hybride

Asus décroche (-40 %) avec 7,1 millions de tablettes écoulées et seulement 3,4 % des parts de marché. Il est en passe de se faire dépasser par Huawei, qui a doublé ses ventes sur la période (+116,6 %), avec 6,5 millions de tablettes. « La perception du marché a rapidement changé, d’après Jitesh Ubrani, analyste chez IDC. Nous pensions que le cycle se calerait sur celui des smartphones, avec un remplacement de terminal tous les deux ans. Cela n’a pas été le cas. »

Alors que les tablettes n’ont pas totalement cannibalisé les PC, ce sont les 2-en-1, à l’image de la Surface de Microsoft, qui sont en train de remporter leur pari : en un an, ce format a vu ses ventes doubler, à près de 17 millions d’exemplaires, dont déjà 2 millions pour l’iPad Pro, pourtant lancé en novembre 2015.