Capter les innovations du monde civil suffisamment tôt pour ne pas laisser l’armée être dépassée ni débordée par ces nouvelles technologies est devenu l’une des priorités du ministère de la Défense.

Au lendemain d’un défilé militaire du 14 juillet centré sur l’innovation, les sénateurs Cédric PERRIN et Jean-Noël GUÉRINI – au nom de la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées – rappellent dans leur dernier rapport d’information que « la supériorité technologique militaire est aujourd’hui concurrencée par l’innovation civile rendant indispensable une captation plus rapide des innovations ». Preuve en est d’ailleurs les différents drones présentés en début de défilé dont la plupart s’inspirent pour ne pas dire dérivent directement d’innovations civiles déjà largement répandues sur le marché grand public.

Photo : Zapata

L’une des attractions phares du défilé, celle du soldat volant grâce au Flyboard Air, est une autre démonstration de l’emprise de l’innovation civile. Fruit de l’imagination du champion de jet-ski Franky Zapata, cet engin volant a d’abord été créé avec des fonds propres par sa société Zapata Racing. Il permet de propulser un passager dans les airs à une vitesse de 187 km/h et une hauteur maximale théorique de 3000 mètres. Il est animé par 5 turbines alimentées au kérosène qui assurent la poussée et la stabilisation grâce à une tripotée de capteurs et des algorithmes innovants de vol. L’aventure n’a cependant pas été de tout repos pour Franky Zapata puisqu’il a été très rapidement interdit de vol pour des raisons réglementaires peu de temps après avoir réalisé son premier vol (en 2016). C’est l’intérêt porté par l’armée à son projet qui lui aura finalement permis de débloquer la situation et de poursuivre ses développements.

Face à ce constat de suprématie des innovations civiles, la nouvelle loi de programmation militaire (LPM) 2019-2025 a prévu d’ « innover pour faire face aux défis futurs ». Les deux sénateurs regrettent néanmoins que l’essentiel de l’augmentation des crédits n’intervienne au mieux qu’à mi-programmation avec, si les contraintes budgétaires le permettent, un budget « innovation » porté à 1 milliard d’euros en 2022.

Parallèlement, le ministère des Armées s’est doté fin 2018 d’une agence spécialisée, l’Agence Innovation de la Défense (AID), destinée à renforcer l’innovation au sein des forces armées et dont le rôle principal est notamment de « capter » les innovations provenant du monde civil.

Dans leur rapport d’information, les deux sénateurs jugent aujourd’hui indispensable de consolider cette nouvelle agence et formulent 12 recommandations pour améliorer le pilotage et le financement de l’innovation de défense, recommandations regroupées dans l’infographie ci-dessous.