Six mois après avoir annoncé l’intégration de l’outil de conteneurs Docker dans Windows Server, Microsoft fait un pas de plus vers ce qui est en train de chambouler l’univers du cloud et de la virtualisation.

Pour répondre à ces enjeux, la firme de Redmond vient de procéder à plusieurs annonces, dont la première est l’apparition d’une nouvelle option dédiée au déploiement des conteneurs Docker, baptisée Hyper-V Containers. Celle-ci se base logiquement sur l’hyperviseur maison contenu dans Windows Server, mais ajoute une isolation renforcée qui était traditionnellement réservée aux machines physiques ou virtuelles dédiées.

Les développeurs pourront utiliser les mêmes outils de développement et de gestion que sur Windows Server.

Nano Server, 93 % plus compact

Microsoft lève également le voile sur le nouveau système d’exploitation Nano Server, lequel est spécialement conçu pour les conteneurs et les applications cloud. Il s’agit d’une version allégée de Windows Server, 93 % plus compacte, avec 92 % de bulletins de sécurité critique en moins et réclamant également 82 % de redémarrages en moins.

Nano Server répond au double objectif de supporter plusieurs langages comme C#, Java, Node.js, Python et d’autres, tous fonctionnant dans des conteneurs, des machines virtuelles ou des serveurs physiques, et de supporter l’infrastructure cloud de Microsoft. Notons que cet OS est dépourvu d’interface graphique, du support du 32 bits, de MSI, de RDP. La gestion se fera à distance avec WMI et PowerShell.