L’éditeur a dû provisionner 900 millions de dollars de charge pour déprécier son stock de tablettes Surface RT. Ses résultats annuels 2012/2013 restent solides.

Le déclin du marché du PC grand public et les méventes de sa tablette Surface RT sont de mauvaises nouvelles pour Microsoft. Ses derniers résultats financiers trimestriels en portent la marque même si son chiffre d’affaire et ses bénéfices opérationnels sont en hausse sur un an.

Les observateurs n’ont pas manqué de relever la charge de 900 millions de dollars (environ 700 millions d’euros) pour dépréciation passée dans les comptes, officiellement pour « ajustement d’inventaire de Surface RT ». Autrement dit, Microsoft se retrouve avec un stock très important de ces tablettes invendues sur les bras.

On comprend mieux la décision prise il y a quelques jours de baisser de 150 euros leur prix, de manière à stimuler les ventes de Surface RT et à écouler, ainsi, ce stock d’invendus.

En outre, les résultats du quatrième trimestre « pâtissent du recul des ventes de PC », a noté le groupe, même s’il continue « à voir une forte demande pour nos produits d’entreprise et nos services hébergés ».

Sur l’ensemble de l’exercice fiscal 2012/2013, le chiffre d’affaires annuel a progressé de 5,3% à 77,8 milliards de dollars, moins que ne l’espéraient les analystes (78,7 milliards). L’éditeur continue de dégager de confortables bénéfices nets, à 21,8 milliards de dollars.

Microsoft a présenté récemment une refonte complète de de son organisation interne. L’éditeur adopte une organisation plus transversale avec des divisions uniques pour tout le groupe de finance, marketing ou ingénierie, et quatre grandes catégories regroupant tous ses produits.

Lire aussi :

– One Microsoft, Steve Ballmer se réorganise pour concurrencer Apple et Google (publié le 11 juillet 2013)