La troisième itération de la tablette professionnelle Surface Pro vient d’être dévoilée par Microsoft. Elle est censée être prête à remplacer le PC en entreprise. Sa première caractéristique, très visible, est la diagonale de son écran tactile de 12 pouces. Comme toutes les « Surface », elle est associée à un clavier qui fait office de couverture.

Pour autant, cette tablette grand format a gagné en finesse, avec seulement 9,1 mm d’épaisseur, et pése 800 grammes. C’est, à titre de comparaison, 200 grammes de moins qu’un MacBook Air 11 pouces. La résolution de l’écran atteint 2160×1440 pixels. Concernant le format, Microsoft a choisi un format 3:2 à mi-chemin entre le 4:3 de l’iPad et le 16:10 du Nexus 10, gage de confort en portrait et en paysage.

La note peut être salée

A l’intérieur, la Surface Pro 3 embarque jusqu’à un processeur Intel i7, 512 Go de stockage flash et 8 Go de mémoire vive, de quoi rivaliser avec un Ultrabook digne de ce nom. Mais dans cette configuration la facture approche les 2000 euros, loin du tarif de base de 800 euros embarquant un Core i3, 64 Go de stochage et 4 Go de mémoire vive. Le prix peut encore monter en associant à la Surface Pro 3 le clavier facturé 130 euros, la station d’accueil à 200 euros, l’adaptateur Ethernet à 40 euros, et le stylet additionnel à 50 euros…
Dernier avantage, comparé à la Surface Pro 2, le trackpad est 68 % plus grand. La Surface Pro 3 sera livrée à partir du mois d’août. On ne sait toujours pas en revanche si elle sera compatible 4G.