Pour son dernier trimestre 2015, et le deuxième de son exercice fiscal décalé, Microsoft vient de publier des résultats en baisse, mais supérieurs aux attentes du marché. Une situation quelque peu paradoxale qui illustre bien la transformation et la diversification des sources de revenus de la firme de Redmond.

Sur la période, Microsoft enregistre un chiffre d’affaires global de 23,8 Md$, soit une baisse de 10,1 % sur un an. Le bénéfice net chute, quant à lui, de 15 % pour approcher de justesse les 5 Md$. Il représentait 5,86 Md$ sur la même période, un an plus tôt. 

Le cloud grimpe, le reste plonge

Cette bonne surprise pour les marchés pourrait se résumer en un mot : cloud. Et pour cause, la division en charge des services cloud de Microsoft est la seule qui progresse sur ce trimestre, enregistrant des revenus en hausse de 5 %, à 6,3 Md$. Son homologue Productivity and Business Processes, qui comprend les solutions Office, voit son activité reculer de 2 %, à 6,7 Md$.

Enfin, le Personnal Computing a chuté de 5 % pour atteindre 12,1 Md$ de CA, en raison notamment de ventes de PC en baisse de 10,6 %, selon IDC, et de ventes de Windows Phone très décevantes. L’ensemble de ces résultats pourrait même conduire à la disparition de la gamme Lumia au profit de Surface.