Orange a fait état de ses résultats pour 2014, préférant voir le verre à moitié plein : l’opérateur avance ainsi avoir réussi à atteindre les objectifs financiers annoncés pour l’an passé.

Son bénéfice avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement (BAIIDA) serait de 12,19 Md€, alors que l’objectif se situait entre 12 et 12,5 Md€. L’opérateur explique aussi avoir réduit ses coûts d’exploitation de 2,5 %, soit 707 M€.

De plus, si le chiffre d’affaires est en baisse de 2,5 % à base comparable, il l’était l’an passé de 4,5 % ; hors mesure de régulation, ces chiffres passent respectivement à 1,6 % l’an passé et 2,6 % en 2013.

Orange souligne également que sa dette nette a baissé de 4,63 Md€ en 2014, s’établissant à 26,09 Md€ au 31 décembre 2014.

Un indéniable dynamisme

Au rayon des nouvelles plus préoccupantes, figure un bénéfice net en baisse de 908 M€, à 1,223 Md€.

Orange a beau évoquer « l’impact d’éléments spécifiques non liés à la performance de l’activité » qui « traduit une politique volontariste d’adaptation qui prépare l’avenir », il n’est pas sûr que cela suffise à convaincre les observateurs. L’action du groupe perdait d’ailleurs plus de 2,5 % quelques heures après ces annonces.

Il y a cependant des motifs d’espérer un redressement à moyen terme : Orange comptait 3,7 millions d’abonnés 4G en fin d’année dernière et la barre des 4 millions a été passée début février. L’opérateur historique a aussi enregistré 256 000 nouveaux clients mobiles au 4ème trimestre 2014, et 82 000 abonnés fibre sur la même période.