Si la Cour suprême constitue le dernier recours pour Samsung, rien ne garantit que celle-ci acceptera le dossier. Seules 70 à 80 affaires sont examinées chaque année par les 9 sages qui la composent. Alors que l’assistant vocal Siri se fait encore attendre sous Mac OS, les aficionados d’Apple pourront patienter avec Cortana. Grâce à la nouvelle version de Parallels Desktop 11, l’éditeur est désormais capable de virtualiser Windows 10 dans un environnement Mac OS et, avec lui donc, l’assistant vocal concurrent de Microsoft. Le nouvel outil de virtualisation propose également d’intégrer le centre de notification de Windows 10 dans la barre de menus d’OS X.

Parmi les autres nouveautés de Parallels Desktop 11, signalons l’arrivée d’un mode voyage, dont l’intérêt est de mettre en sommeil les fonctionnalités trop gourmandes en ressources de Windows 10 afin d’économiser la batterie de son MacBook. Dans sa version Pro, le logiciel supporte la création de machines virtuelles de plus grande taille : 64 Go de mémoire vive et 16 vCPU, contre 8 Go de RAM et 4 vCPU pour la version classique.

Du nouveau pour les développeurs

Parallels n’a pas omis les développeurs dans sa mise à jour. Cette version 11 apporte plusieurs nouveautés qui leur sont dédiées, comme la présence d’un plugin spécial pour Visual Studio, l’ajout d’outils afin de créer des conteneurs Docker – c’est devenu incontournable –, ou encore la possibilité de faire des recettes Chef.

Déjà accessible, Parallels Desktop Pro Edition est facturé 100 € TTC, contre 80 € pour la version de base. Pour les utilisateurs opérant une mise à niveau depuis une ancienne version, il en coûtera 50 €.