Les résultats enregistrés par Oracle pour son deuxième trimestre fiscal sont mitigés. Le groupe accuse une baisse de son chiffre d’affaires d’un peu plus de 6 %, pour atteindre 9 Md$. Le bénéfice net réalisé s’élève, quant à lui, à 2,2 Md$, représentant une perte de 12 % sur un an. Oracle explique cette déconvenue par l’augmentation du taux du dollar.

L’éditeur a dégagé par ailleurs un bénéfice par action de 0,51 $. Le résultat est supérieur aux estimations des experts. Selon Oracle, sans l’impact du renforcement du dollar, ce bénéfice aurait pu atteindre 5 centimes de plus.

Le SaaS et le PaaS s’avèrent les plus lucratifs

Les revenus issus de la branche cloud sont en progression de 26 % et s’élèvent à près de 650 M$. Un résultat porté par les solutions en mode SaaS et PaaS qui ont généré bien plus de recettes (484 M$, soit une augmentation de 34 %) que l’IaaS, source de 165 M$ (+7 %). La société mise sur plus de 1,5 Md$ de nouveaux contrats SaaS et PaaS cette année fiscale et espère afficher ainsi une hausse de 60 % d’ici le 4ème trimestre.

En revanche, la branche logicielle et les services proposés par l’éditeur accusent une baisse de revenus respectivement de 7 % et 8 %. Ces résultats demeurent stables toutefois à taux de change constant. C’est l’activité hardware, notamment les serveurs, qui enregistre la plus forte chute, avec un CA de 1,1 Md$, en baisse de 16 % sur un an.