La sortie en France du best-seller Jugaad Innovation est l’occasion de souligner les vertus de la conduite de projets en environnement contraint. Une manière de renouer avec l’esprit entrepreneurial présent à la genèse des entreprises, mais qu’elles ont trop souvent abandonné.

Ce mardi 16 avril, sort la version française du livre intitulé Jugaad Innovation (terme indien signifiant innovation frugale), démontrant à travers de nombreux exemples comment, en imaginant des solutions adaptées aux contraintes des pays en voie de développement, on parvient à réinventer avec ingéniosité des chaînes complètes de production ou de distribution plus frugales.

La question traversant cet ouvrage est la suivante : comment faire plus avec moins ? Autrement dit, comment délivrer toujours plus de services dans des temps records tout en économisant de plus en plus de ressources ? Pour résoudre cette équation, le réflexe naturel des entreprises est de supprimer les projets ou de surcharger les ressources disponibles pour en faire le plus possible. Cette approche ne fonctionne pas.

Dans ce contexte de restriction, la recette qui semble gagnante consiste à redonner aux entreprises le dynamisme entrepreneurial qui était présent à leur genèse. L’enjeu ? Créer un cadre propice afin d’autoriser l’ensemble des acteurs de l’entreprise à repenser ensemble les projets de façon ingénieuse et à tester sur le marché des idées nouvelles sans craindre l’échec. Il s’agit de recréer dans les grandes organisations le même environnement contraint (urgence et ressources limitées) qui oblige un entrepreneur au lancement d’une start up à être ingénieux pour survivre.  

Une vision reposant sur trois piliers

Dès lors, plusieurs dimensions doivent être passées au crible, au premier rang desquels le rythme : instaurer des cycles courts (de six à dix mois) pendant lesquels les projets sont priorisés, mis en œuvre, testés et arbitrés pour décider de leur généralisation. Ensuite, le challenge : ne faire entrer en portefeuille aucun projet industriel tant qu’il n’a pas été rendu le plus frugal possible.

Cette frugalité est obtenue en réunissant l’ensemble des acteurs pendant deux heures avec, pour mission, de repenser le contour du projet et les solutions pour l’entreprendre. Enfin avec le « design to cost », les chantiers ont l’interdiction de dépasser leur enveloppe initiale, ce qui pousse le chef de projet à trouver des alternatives aux aléas. 

L’expérience montre que ces différentes contraintes aident les équipes à libérer leur créativité et se focaliser sur les objectifs. Nombreux sont les projets « serpents de mer », qui périclitaient depuis des années, et qui ont finalement été couronnés de succès car menés en mode frugal. Selon le degré d’implication des équipes, les économies générées peuvent atteindre les 80 %.

Lutter contre le naturel…

Reste une difficulté : dans la durée, les équipes auront toujours une tendance naturelle à retourner vers des solutions connues et maîtrisées. Quitte, au final, à allonger les délais. Pour maintenir cet univers de contraintes les entreprises devront alors rendre systématique ces formes de challenge et d’exploration. Elles pourront instaurer des diagnostics rapides régulier (bimensuel) ce qui leur permettra de challenger ainsi les projets industriels dés leur émergence. Et s’assureront que les ressources sont efficacement employées.

Elles pourront organiser des cycles d’expérimentation (de 3 à 6 projets par semestre) permettant de valider les modèles économiques des projets incertains grâce à des labs internes qui étudient leurs coûts et leurs délais. Cette forme de prime à l’innovation créée un appel d’air et permet aux équipes de prendre un coup d’avance tout en rendant l’échec acceptable. Sans mettre surtout en péril l’activité industrielle. On augmente ainsi le nombre de projets traités et donc la probabilité de trouver une « pépite ».

Un modèle d’ingéniosité bien de chez nous

Cette recette fonctionne dans tous les secteurs d’activités : services financiers, services publics, hôtellerie, éducation… Ce modèle d’ingéniosité frugale est particulièrement présent dans la culture française et a jalonné son histoire. La période difficile que nous traversons est peut-être le bon moment pour redevenir ingénieux et entreprendre une cure de jouvence dans l’organisation de nos projets.

Daniel Jasmin

Daniel Jasmin