Red Hat continue d’évoluer dans le sens des conteneurs. L’éditeur de solutions d’entreprise open source vient de lever le voile sur deux mises à jour concernant la plateforme applicative OpenShift Enterprise (3.1) et la plateforme d’infrastructure de conteneur Atomic Enterprise Platform (en version préliminaire publique).

Pour OpenShift Enterprise, la version 3.1 intègre des outils de gestion du cycle de vie des applications pour les conteneurs, ainsi que des outils en libre-service. Elle se dote de capacités améliorées d’automatisation des « builds », d’intégration de Jenkins CI et de déploiement automatisé. Ces fonctions ont pour but d’apporter une gestion des applications, du développement jusqu’à la production.

Red Hat intègre à sa 3.1 une infrastructure de conteneur, reposant sur le standard Docker, et le moteur d’orchestration Kubernetes, constituant d’après lui « l’environnement le plus stable pour le développement d’applications à base de conteneurs ». L’éditeur a aussi ajouté un accès aux nouveaux services de middleware Jboss, plus simples à intégrer dans une architecture de conteneur – comme JBoss Fuse, BRMS et Data Grid.

Atomic Enterprise Platform en version préliminaire

Sur Atomic Enterprise Platform, Red Hat propose des services d’orchestration et de cluster (basés sur Kubernetes) pour piloter des services multi-conteneurs complexes et les programmer au sein d’un cluster d’hôtes, et des plugins pour la mise en réseau évolutive de conteneurs multi-hôtes (optimisée par Open vSwitch) et le stockage persistant. Le but : faciliter l’exécution de services « stateful » dans des conteneurs. Signalons que l’intégration de Red Hat Gluster Storage ainsi que de Red Hat Ceph Storage est désormais « entièrement supportée ».

Red Hat OpenShift Enterprise 3.1 sera disponible à la fin du mois de novembre en même temps que la version préliminaire Red Hat Atomic Enterprise Platform.