La fin des surcoûts sur les appels mobiles passés ou reçus en itinérance (roaming) en Europe pourrait être votée en 2014 et effective en 2015. Plébiscitée par la commissaire européenne Nellie Kroes, cette décision n’a évidemment pas que des partisans, même si tout le monde admet l’utilité d’une unité européenne sur la question. Des dirigeants tels que Stéphane Richard, PDG d’Orange, redoutent des transferts brutaux de valeur. Une fracture Nord-Sud apparaît également. Parmi les plus farouches opposants à un plafonnement ou à une suppression des surcoûts des communications figurent, en effet, les opérateurs mobiles du Sud de l’Europe. Les pays d’Europe du Sud sont en effet beaucoup plus visités par des voyageurs étrangers que les contrées du Nord, percevant par ce biais une manne financière importante qu’ils ne veulent pas voir disparaître.