Spécialisée dans la lingerie, RougeGorge a déployé PRTG Network Monitor de Paessler afin de réduire ses coûts et de gagner en autonomie sur la supervision de ses datacenters et de ses équipements en magasin.

Par Marie Varandat

À l’heure du edge computing avec des magasins physiques offrant toujours plus de services numériques, la supervision des équipements connectés prend une nouvelle dimension.

RougeGorge Lingerie croyait avoir trouvé la solution. Équipé d’un logiciel open source, le spécialiste de la lingerie surveillait le fonctionnement de ses datacenters et des équipements de ses 241 magasins en France et en Belgique : écrans connectés, box internet, bornes Wi-Fi, caisses, etc.

Mais quand Thomas Clauw rejoint la société, il constate rapidement des dysfonctionnements : « La solution était tellement complexe que nous devions régulièrement faire appel à un prestataire pour les mises à jour et accompagner nos évolutions. Tant du point de vue du temps humain passé à étudier des interfaces, que de la facture en prestation, la solution finissait par coûter très cher alors que l’idée même de la supervision est de pouvoir consulter régulièrement l’état de son système d’information, pas d’y consacrer du temps ou de l’argent ».

Thomas Clauw, gestionnaire du SI et chef de projet au sein de la DSI de RougeGorge.

Utilisateur de PRTG Network Monitor de Paessler dans un précédent emploi, Thomas Clauw convainc sa direction de changer d’outil. « Comparé à une solution open source, l’investissement initial est certes non négligeable, reconnaît le gestionnaire du SI et chef de projet au sein de la DSI, mais quand on fait le ratio avec le coût en prestation de la précédente solution, l’investissement est amorti en deux ans ».

Profitant de cette remise à plat, Thomas Clauw a consulté tous les responsables de domaines techniques (infrastructure, data, flux, etc.) de la société afin de lister leurs besoins. Il est ainsi arrivé à un total de 4 600 capteurs à déployer, répartis entre le datacenter principal et le secondaire (PRA) ainsi que les magasins.

Face à cette charge de travail, il s’est fait accompagner par le prestataire By The Way pour la mise en œuvre. « Aujourd’hui, nous sommes autonomes avec une vision beaucoup plus fine de tout ce qui se passe et des interfaces graphiques, qui permettent d’identifier rapidement les problèmes récurrents », précise-t-il.

Côté évolution, le gestionnaire du SI se félicite d’avoir opté pour une solution qui détecte automatiquement les modifications et ajoute les capteurs. « Nous gagnons un temps considérable que nous mettons à profit pour optimiser notre gestion du système d’information afin d’être plus proactifs », poursuit-il.

Thomas Clauw a ainsi conçu ses propres interfaces de supervision à partir d’images Paint de la carte de France sur laquelle il a placé les magasins de la société, les équipements de chacun et les capteurs associés.
En cas d’incident, l’alerte est affichée à côté de la carte, ce qui lui permet d’un seul coup d’œil d’avoir la liste de tous les équipements en erreur. « Beaucoup d’outils de supervision permettent de le faire. Mais avec PRTG, c’est vraiment simple. Du coup, je multiplie ces interfaces pour avoir une représentation simple et rapide de l’état de nos équipements connectés », conclut-il.

L’ENTREPRISE

Activité : Lingerie

 

Effectif : 585 collaborateurs

 

CA : 79,2 M€ (2018)