Les résultats de SAP sont en hausse au 3ème trimestre, avec une croissance de 41 % du cloud au niveau international, et de 110 % en France.

« La transition est en train de s’opérer, il y a une véritable évolution dans cette direction », commente Henri Van der Vaeren, directeur général de SAP France, Benelux et Afrique du Nord.
L’activité du cloud a permis à l’éditeur allemand de générer 277 M€, tandis que celle des services associés aux logiciels (licences, maintenance, support…) a enregistré 3,3 Md€ sur un chiffre d’affaires global de 4,25 Md€ (+5%). Le bénéfice net du groupe s’élève de 16 %, pour s’établir à 881 M€.

La transformation de l’entreprise vers le modèle cloud aura, selon Bill McDermott, grand patron de SAP, un léger impact sur le bénéfice opérationnel.
En effet, les prévisions financières du groupe ont été revues à la baisse. L’éditeur table désormais sur un profit compris entre 5,6 Md€ et 5,8 Md€, en dessous des 5,8 Md€ ou 6 Md€ escomptés. SAP anticipe toutefois une remontée de ses bénéfices en 2015.

Hana perce en France   
Hana, la base de données In-Memory de SAP, a aussi rattrapé son retard en France. Henri Van der Vaeren parle même de l’Hexagone comme du premier marché européen avec 70 clients, dont 20 en phase de production.

Deux entreprises du CAC 40 réfléchiraient aussi à la migration d’une bonne partie de leurs bases de données Oracle vers Hana. « Hana devient le socle par excellence, apportant une simplification et une baisse de coûts, explique le directeur général de SAP France, Benelux et Afrique du Nord. Notre base offre la possibilité de revoir sous l’angle du temps réel certains processus fondamentaux de la gestion des stocks, de la trésorerie, de la relation client, qui ne pouvaient jusqu’alors en bénéficier. »