La transformation numérique des entreprises passe notamment par la transformation du SI en plateforme et en offre de services pour les métiers de l’entreprise et ses partenaires. Un nouveau rapport du Cigref fait le point sur les stratégies à mettre en œuvre.

Pour enrichir ses offres dans un monde numérique, automatiser nombre de processus, donner de la valeur au patrimoine informationnel, ouvrir l’accès à ses applications et développer de nouveaux canaux de distribution, les entreprises sont aujourd’hui obligées d’ouvrir leur système d’information au travers d’API et services numériques. Une démarche dénommée « Servicisation du SI » et qui consiste au final à transformer l’idée même que l’entreprise se fait de son système d’information pour en faire une véritable plateforme de services.

Dans un nouveau rapport, le Cigref trace un portrait de cette servicisation et explique les enjeux et les étapes pour y parvenir.

Une telle approche est en effet facilitée par quelques bonnes pratiques mises en exergue par le rapport :

– Rendre les systèmes modulaires ;
– Mettre en place une démarche de Security by Design ;
Favoriser les standards de l’industrie & utiliser un cadre de référence ;
– Définir collaborativement l’interface technique avant de l’implémenter ;
– Définir des règles de design ;
– Construire les API comme des produits à part entière ;
– Designer les API pour les développeurs parce qu’ils en sont les utilisateurs ;
– Soigner la documentation ;
– Soutenir et acculturer les équipes ;
– Faire preuve de pragmatisme ;
– Mettre en place la gouvernance des APIs ;
– S’appuyer sur une solution d’API management.

Selon les rapporteurs, « afin d’assurer la cohérence de leur portefeuille de services, les entreprises ont recours à des règles bien définies et appliquent plusieurs principes clés : modularité, ouverture, sécurité et segmentation ». L’essentiel du rapport est ainsi dédié à la mise en œuvre des bonnes pratiques énoncées ci-dessus.

L’un des prérequis les plus complexes à mettre en œuvre dans une démarche de servicisation est sans aucun doute de rendre le SI modulaire. Pour aider les entreprises dans leur démarche, le rapport revient longuement sur le cadre « ODA » (Open Digital Architecture). Ce framework propose un redécoupage du SI dans le but de le transformer en plateforme ouverte et modulaire. Il prône une séparation des processus opérationnels et analytiques. Il définit une taxonomie, des règles et un jeu d’API à implémenter en priorité.
Réalistes, les auteurs du rapport note que « le découpage tel que présenté par ODA représente déjà un défi pour la plupart des SI d’aujourd’hui. Il faut implémenter ce cadre progressivement. »

Pédagogique et pratique, le rapport du Cigref rappelle l’importance fondamentale des approches « Security by Design » et « Open by Design » dans toute démarche de servicisation du SI.

En guise de conclusion, les rapporteurs constatent avec regret que « alors que la servicisation tend à répondre à des besoins de tout premier ordre pour les entreprises, peu ont pour le moment poussé cette démarche jusqu’à la commercialisation de leurs actifs au travers d’une monétisation des APIs et d’une facturation à l’usage à l’instar de ce qui est proposé par les fournisseurs de services Cloud/SaaS ». La transformation numérique des business en dépend pourtant…


Source : Cigref – Rapport 2020 sur les Stratégies de servicisation du SI