Fervent partisan d’une place de la DSI au comité de direction des entreprises, Olivier Perrier est un DSI pragmatique et méthodique. Il nous dévoile son parcours et ses chevaux de bataille…

Portrait de Ovide Perrier, directeur de la Data et des SI chez Camaïeu

Même s’il est descendu de ses montagnes savoyardes en 1988 pour rejoindre le Nord de la France, Ovide Perrier est resté sur un chemin emprunté dès ses premières années d’informaticien, lorsqu’il informatisait en Basic les exercices de maths donnés à ses élèves en cours de rattrapage. « J’essayais déjà de mettre de la méthode dans ma démarche, sourit-il. Et cela ne m’a pas vraiment quitté. »

Il choisit d’ailleurs de compléter sa maîtrise par un DESS en génie logiciel, ce qui lui permet d’aborder ensuite le monde de l’entreprise – chez La Redoute notamment – avec un regard innovant sur les méthodes de travail et les approches qualité. « À l’époque, ce n’était pas vraiment à la mode, mais nous avons tout de même réussi à mettre en place une vraie gouvernance des données, avec des métiers qui se réunissaient pour penser ensemble un modèle de données commun », rappelle-t-il.

Son parcours l’emmène ensuite à Montpellier (Ugap) avant un retour dans le Nord, où il occupe plusieurs postes de DSI chez des acteurs de l’habillement et de la distribution (Desmazieres, Damartex). C’est aussi le moment où il commence à prendre place dans des comités de direction, preuve du nouveau rôle pris par la fonction IT dans l’entreprise.

De quoi se préparer au mieux à l’étape suivante chez l’un des leaders du prêt-à-porter féminin français, Camaïeu. En 2011, il y prend la  responsabilité de la DSIO, composée de 60 personnes dont 25 en interne. Il y poursuit d’abord de grands projets d’informatisation (CRM, ERP, logistique, omnicanal) avant de prendre également en charge le pilotage de la transformation, puis le leadership sur les data.

Ovide Perrier reste aussi un fervent partisan des méthodes, d’autant plus persuadé de leur utilité qu’elles sont aujourd’hui bien plus  nombreuses et variées qu’au début de sa carrière : « Avec un tel arsenal, la difficulté est désormais surtout dans le choix. Tout n’est pas
éligible aux méthodes agiles ! »

Et ce ne sont pas les nouvelles orientations qu’a pris l’entreprise qui vont l’éloigner de son credo, au contraire. « Dans un monde imprévisible, le management doit continuer à donner du sens. C’est ainsi que l’on renforce l’efficacité collective », insiste-t-il.

À condition, conclut-il, de trouver et de garder un bon équilibre entre les trois composantes du triangle d’or de l’IT : « Le sens du
service, le goût de l’innovation et le respect des objectifs des projets ».

LE CASSE-TÊTE DU MOMENT > Garder les meilleurs talents alors que la configuration de l’entreprise change et que la DSI doit nécessairement adapter sa taille comme ses priorités. Il ne faut pas se tromper !

MES INDICATEURS > La satisfaction utilisateurs, sondés régulièrement, reste une valeur sûre. Elle est notamment traduite dans un bulletin « météo des services » suivi quotidiennement par les équipes. Je surveille également particulièrement le ratio dépenses informatiques sur CA.

MON MOMENT PRÉFÉRÉ > Lorsque mon DG a insisté, il y a quelques années, pour que les trophées internes de l’IT que j’avais mis en place afin de valoriser le travail de mes équipes auprès des métiers, récompensent l’administrateur de la base de données Oracle, après une migration bien réussie.

MON CHEVAL DE BATAILLE > Convaincre les directions générales que la DSI a sa place au comité de direction de l’entreprise, dans la mesure où elle joue un rôle essentiel, dans l’idéation comme dans la réalisation des transformations nécessaires à l’avenir de l’entreprise.

CE QUE J’AIME DANS MA SOCIÉTÉ > Son côté actionnariat familial et sa façon d’aborder le commerce avec la cliente au cœur de toutes les actions.

PARCOURS D’OVIDE PERRIER

Depuis 2011 Camaïeu : DSIO puis directeur du pilotage de la transformation et des SI (2018), puis directeur de la data et des SI (2019) 
  2003-2011 Damartex : responsable des études puis DSI Groupe (2008)
  2002-2003 Sopra : consultant puis directeur de projet pour Auchan
  2000-2002 Desmazieres : DSI 
  1998-2000 Ugap : chef du département projets
  1990-1997 La Redoute : chef de projets, puis chef de département
  1989-1990 Capgemini : ingénieur d’études

FORMATION
– DESS en génie logiciel, Université Joseph Fourier, Grenoble