L’équipe d’Aydogan Ozcan, de l’Université de Californie à Los Angeles, a construit un module comportant entre autres une diode laser et une lentille venant se placer devant l’objectif du smartphone. Le but de cette expérimentation est de transformer ce dernier en microscope électronique. Ainsi équipé, le smartphone est ainsi capable de détecter des particules de quelques dizaines de nanomètres, des virus par exemple. Il pourrait ainsi servir à détecter l’évolution d’une maladie sur un patient et à envoyer le résultat à distance.