[VMWORLD 2012] L’éditeur No 1 de la virtualisation lance une suite logicielle pour transformer la salle informatiques en autant de centres de données virtuels qu’il y a de directions métier.

Fini les bidouilles. vCloud Suite, la nouvelle solution logicielle de VMware, transforme des rangées entières d’armoires informatiques en cloud, pour le prix de 11 500 dollars par processeur présent et sans qu’aucun humain ait besoin de s’en mêler. vSphere, le produit vedette qui servait jusqu’à présent à transformer un datacenter en cloud, était facturé selon des éléments aussi abscons que la taille de la mémoire d’une machine virtuelle. Pour bâtir un cloud avec, il fallait aussi connecter à la main les ressources entre elles.

« Et puis, même s’il l’on pouvait théoriquement déployer une nouvelle machine virtuelle en trois clics de souris, la réalité est que l’on mettait trois semaines à le faire, car il y avait trop de questions d’organisation techniques à prendre en compte entre les administrateurs, lance Nicolas Jacques, directeur de produit chez VMware. Sur quelle baie installer le stockage de cette VM ? avec quelle sauvegarde ? quelles capacités à anticiper ? etc. vCloud Suite prend en charge ces questions. »

Dans vCloud Suite, un portail résume toutes les capacités de traitement, de stockage et de réseau disponibles, sans considération d’emplacement. « Nous avons éliminé les contraintes de temps, de géographie et de budget », ajoute Pat Gelsinger, le nouveau PDG de VMware.

Diviser la salle informatique en centre de données virtuel

Dans la limite de leurs droits, les différents services d’une entreprise n’ont qu’à venir se servir en ressources pour exécuter leurs applications. L’idée de VMware, l’inventeur de la machine virtuelle, est de proposer désormais aux entreprises de déployer des centres de données virtuels.

« Nous n’avons pas fait que déployer un cloud privé pour notre entreprise. Nous partageons nos ressources avec nos partenaires », raconte ainsi Don Henderson, le directeur technique de NYSE Euronext qui a eu le privilège de tester le nouveau produit de VMware en avant-première. « Nous offrons à l’industrie financière son premier cloud communautaire », se targue-t-il. Nicolas Jacques ajoute que vCloud Suite va surtout permettre à une entreprise d’allouer un centre de données à chacune de ses filiales à partir d’une seule salle informatique.

Il faudra attendre cinq ans

Reste un problème. Créer un pool de centres de données virtuels ne marche pas avec les serveurs virtualisés existants : il faut repartir avec des ordinateurs vierges. vCloud Suite n’est pas une mise à jour de vSphere. Même si la solution repose sur la dernière version 5.1 de ce produit, les nouveaux dispositifs tout automatisés ne cohabiteront pas avec les configurations d’hier faites à la main. Ne serait-ce que parce que le format des machines virtuelles a encore évolué. Il prend désormais en compte des paramètres inédits, comme la métrique des performances.

« La migration vers vCloud Suite se fera au fur et à mesure que les entreprises remplacent leurs serveurs, commente Nicolas Jacques. On imagine que le produit arrivera petit à petit, en cohabitant avec l’existant, d’abord. Puis en équipant une partie majoritaire de la salle informatique d’ici à cinq ans, soit un cycle complet de remplacement des serveurs. »

Pour accompagner le lancement de vCloud Suite, VMware a mis en place une batterie de services, les Cloud Ops, qui seront proposés par les partenaires de l’éditeur. En attendant que les entreprises passent à vCloud, la tarification simplifiée par processeur s’applique dès à présent aux licences de vSphere.