Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Jamal Labed Président de l’Afdel DG d’Easyvista, Serial entrepreneur

Écrit par  , lundi, 23 mai 2016 01:17 , PORTRAITS.
Jamal Labed Jamal Labed DR

Parallèlement à la création et au lancement de plusieurs sociétés, Jamal Labed s’est largement investi dans la profession. Une démarche réussie pour ce commercial de formation.

 

« J’ai créé ma première entreprise au Portugal en 1985 », se souvient Jamal Labed. Le premier round d’une série réussie pour ce « serial entrepreneur ». Dans le cadre de ses études, Jamal Labed commence par suivre le MBA de Management School de Rouen en 1982, puis part aux États- Unis pour son stage de fi n d’études. « Un départ outre- Atlantique traditionnel dans cette école. J’étais dans une fi liale de Renault aujourd’hui disparue, American Motors Corporation », détaille-t-il. À l’époque, la micro-informatique démarre en entreprise. « Des cartons estampillés IBM PC étaient arrivés. Personne ne savait ce qu’il y avait dedans », se souvient-il en souriant. « J’avais découvert l’informatique pendant mon cursus de formation. L’arrivée de ces PC m’a donné l’idée de lancer une société spécialisée dans la formation en micro-informatique. Le besoin me paraissait évident », décrit Jamal Labed. C’est le retour en Europe et la création de Sight International avec un associé : « Cet ami fi nissait sa coopération au Portugal. D’où la création dans ce pays ». Il quitte la société moins de trois années après, suite à un désaccord entre associés sur la recherche de fi nancement. « Une entreprise qui ne marche pas coûte de l’argent. Le constat est identique pour une autre qui marche ! Parce qu’elle a besoin de se développer, assène Jamal Labed. Surtout quand elle n’a pas de fonds propres ».

Retour en France où il cofonde une nouvelle société, Echo Soft Technology. « Le marché autour des produits Oracle était conséquent à l’époque, en 1988. Il s’agissait de mettre au point des outils d’optimisation autour de cette base de données relationnelles, de faire du republishing », s’enthousiasme encore Jamal Labed. La société marche très bien et fi nit par susciter les convoitises. Elle est rachetée par Platinium Technology - « on ne refuse pas une off re alléchante », souligne- t-il - qui sera elle-même acquise par Computer Associates (CA Technologies).

L’entrepreneur repart à l’aventure et crée avec Sylvain Gauthier une troisième société, Staff & Line, spécialisée cette fois dans la formation et le conseil. Parmi ses premiers clients : Business Object. « On a commencé classiquement par des activités de conseil et de services, décrit Jamal Labed. Les demandes des clients nous ont naturellement amené à développer des outils logiciels, notamment pour gérer les services IT, le deuxième budget dans une banque. » Au bout de quelques années, la société de services se mue en éditeur de logiciels. Elle survit à l’eff ondrement de la bulle Internet, reprend son élan pendant quelques années et se met à grandir dès 2005 jusqu’à son introduction en Bourse. « Nous avons racheté trois sociétés en Europe en 2006 », rappelle Jamal Labed. En 2010 la société s’implante aux États-Unis. Un pari apparemment réussi, ce pays représentant aujourd’hui 25 % de son chiff re d’aff aires. Elle prend ensuite le nom de sa gamme de produits phares, Easyvista.

Non content de ses activités d’entrepreneur, Jamal Labed s’investit parallèlement dans les organisations de lobbying de la profession. « Il est diffi cile d’être performant sans comprendre son écosystème. Un entrepreneur doit s’impliquer dans son milieu », justifi e-t-il. Première étape, il devient en 1999 porte-parole de la Business Software Alliance en France, une association qui défend notamment la propriété intellectuelle des éditeurs. « En 2005, quelques éditeurs ont compris que notre profession était mal représentée. Le Syntec représentait plutôt les sociétés de services. C’est ainsi que l’Afdel a été créée », ajoute Jamal Labed, qui en devient le président en 2012. Toujours sur le pont, Jamal Labed constate aujourd’hui « Le SaaS, le cloud et maintenant les objets connectés ont changé profondément notre profession. Exemple parmi d’autres, regardez comment Salesforce a tué Siebel ». Un constat qui annonce la création d’une nouvelle entreprise ?
 

JAMAL LABED
• 1984 Diplômé de la Management School de Rouen • 1985 Création au Portugal de Sight International • 1988 Création d’Echo Soft Technology • 1988 Création de Staff & Line, qui deviendra Easyvista • 1999 Porte parole de la Business Software Alliance • DEPUIS JUIN 2012 Président de l’Afdel (Association Française des Éditeurs de Logiciels et solutions Internet)

Dernière modification le lundi, 23 mai 2016 01:24
Connectez-vous pour commenter

ABONNEMENT NEWSLETTER

LE MAGAZINE IT FOR BUSINESS

Découvrir

Créer votre compte

S'abonner


Pour toute question, merci de nous contacter

NOUS SUIVRE

AGENDA

Aucun événement