Fidèle à sa ville d’origine, inscrivant son action sur la durée, Antoine Trillard est très attentif à la qualité des infrastructures et vient de prendre la présidence du Coter Numérique.

Portrait de Antoine Trillard, DSI de la Ville de Chelles, président du Coter Numérique

Les périmètres et les compétences des collectivités territoriales ont beau changer sans cesse autour de lui, il reste fidèle à la ville de Chelles. Une ville où il a fait, littéralement, ses classes avant de suivre ses études d’ingénieur. Et dans le magazine communal de laquelle il a trouvé l’annonce publiée par la DSI, qui l’a fait basculer dans la « territoriale ». Il avait auparavant exercé dans le privé, comme ingénieur réseau sécurité au sein du groupe But, alors en plein déploiement d’une infrastructure MPLS.

« Ce premier passage à la Ville m’a permis d’élargir mes compétences, toujours très orientées infra cependant. J’ai rajouté la corde système à mon arc. J’ai aussi appris, au contact du DSI alors en place [René-Yves Labranche, NDLR], à comprendre les besoins des métiers, pour leur proposer des solutions », décrit Antoine Trillard.

DES FICHES PROJETS POUR RENDRE LE SCHÉMA DIRECTEUR PLUS CONCRET

Sa soif d’expérience va le pousser ensuite à accepter le poste de DSI de Noisy-le-Sec où, fidèle à son appétence pour les infras, il va mettre en place un schéma directeur. Sans oublier la notice pour les utilisateurs : « Je propose des fiches projets pour ne pas en rester aux idées générales et rendre la démarche technique et fonctionnelle concrète », détaille le DSI.

Autre souci constant, « ne pas insulter l’avenir », en gardant la mutualisation à l’esprit, qu’elle soit fonctionnelle ou technique.

Un principe sage quand on constate la suite du parcours d’Antoine Trillard. Il revient d’abord à la Ville de Chelles comme DSI, tout en consacrant une partie de son temps à son autre poste de DSI, pour sa première communauté d’agglomération (Marne et Chantereine).

Puis, cette collectivité territoriale évolue sous l’effet de la loi NOTRe et fusionne trois communautés en une seule pour devenir la CA Paris-Vallée de la Marne. Il reste DSI du nouvel ensemble. « À chaque étape, il a fallu faire des choix techniques, fusionner les infrastructures, organiser les équipes », souligne notre homme.

FUSION D’AGGLOS, UN MOUVEMENT PERPÉTUEL POUR LES DSI AUSSI

C’est finalement avec bonheur qu’en 2018, il retrouve à plein temps sa chère ville d’origine : « En fait, c’est à l’échelon communal que les compétences restent concentrées et, avec elles, la relation enrichissante qui en découle avec tous les métiers », constate-t-il.

Quant au temps ainsi gagné sur son emploi du temps multiposte, qu’on se rassure, il en fait bon usage : depuis janvier 2021, il est devenu le président du Coter Numérique. De ce fait, il représente aujourd’hui la richesse et toutes les nuances des DSI qui agissent dans les différentes strates du mille-feuille territorial… pour encore longtemps, n’en doutons pas !

CE QUE J’APPRÉCIE À LA VILLE DE CHELLES > Outre que c’est ma ville d’origine, je trouve à cet échelon communal une grande concentration de compétences et de problématiques métiers. Il est gratifiant pour la DSI d’avoir l’occasion de vérifier que ses choix techniques créent les bonnes conditions pour répondre à une telle diversité d’attentes. Nous avons par exemple finalisé la dématérialisation de bout en bout jusqu’à la signature électronique de l’agent pour les contrats et les arrêtés.

CE DONT JE SUIS FIER > Fier n’est peut-être pas le mot. Disons que je suis plutôt serein par rapport aux cyberattaques dont de nombreuses villes ont pu être victimes. Nous avons su convaincre nos édiles d’investir sur ce sujet. J’ai un ingénieur sécurité qui travaille avec moi et nous avons mis en place une politique de sécurité des systèmes d’information que j’estime solide, tout en étant conscient que le risque zéro n’existe pas.

MON CHEVAL DE BATAILLE > La qualité – performance et robustesse – des infrastructures. C’est mon ADN, mais c’est aussi, j’en suis convaincu, la meilleure façon de préparer des réponses efficaces aux demandes des métiers. Avec la transition numérique qui s’accélère, le service rendu aux citoyens ne peut plus souffrir des retards dus à de mauvais choix techniques.

CE QUI ME PLAÎT AU COTER NUMÉRIQUE > L’échange d’idées entre confrères, avec bien sûr l’envie de partager des bonnes pratiques et de pouvoir s’inspirer de leurs réussites, mais aussi, il faut bien le reconnaître, le plaisir de voir que nos propres projets sont appréciés et parfois repris par ces mêmes confrères.

PARCOURS DE ANTOINE TRILLARD

Depuis janvier 2021 : Président du Coter Numérique

Depuis 2018 : DSI, Ville de Chelles
       2016 : DSI, Communauté d’agglomération Paris-Vallée de la Marne
       2014 : DSI, Ville de Chelles et à la CAMC (Communauté d’agglomération Marne et Chantereine)
       2012 : DSI, Ville de Noisy le Sec
       2006 : Responsable des infrastructures et du support puis DSI adjoint,
              Ville de Chelles et Communauté d’agglomération Marne et Chantereine. 
       2003 : Ingénieur réseau et sécurité, groupe But
FORMATION
       2002 : DESS Télécoms