Curieux, Marc Mouttet s’intéresse tôt à l’informatique, « je jouais avec un Thomson TO7 », évoque-t-il… mais pas seulement.

Pour les études supérieures, il commence par une formation en hygiène et sécurité, poursuit avec une autre sur les risques technologiques et termine par un cursus d’ingénieur spécialisé dans les systèmes industriels à l’Université du Littoral de la Côte d’Opale. À l’issue de ses études, il opte pour Eurotunnel en tant que volontaire du service national.

Il y restera quelques années. « Intégré dans le service des travaux neufs, je participais aux recettes des applications chargées du péage, rappelle notre homme. Cette première expérience professionnelle m’a mis le pied à l’étrier en tant que chef de projet. Elle m’a sensibilisé sur tous les aspects, en particulier la nécessaire qualité d’un service numérique. »

Il passe ensuite dans le secteur industriel, au sein de l’entreprise américaine Cabot, spécialisée dans la production du noir de carbone. « Je suis rentré au département IT pour la planification des réapprovisionnements des usines. Une mission qui nécessitait beaucoup de BI », décrit-il. Un poste qui satisfait sa curiosité tant pour les aspects technologiques que pour sa dimension internationale.

Notre homme ne pouvait pas passer à côté de la bascule vers Internet, qui réunit la plupart des facettes qui le motivent.
En 2000, il entre chez Answork, une place de marché électronique lancée par trois grandes banques. Après des débuts comme chef de projet, il prend la responsabilité complète du service. « Il s’agissait de migrer des processus papier vers le numérique », rappelle-t-il.
Marc Mouttet a trouvé son domaine de prédilection et il y a appris le management.

En 2004, il est chassé pour créer Pixid. Trois sociétés, Adecco, Manpower et Randstad, ont créé une structure chargée de dématérialiser les échanges des nombreux documents (contrats, relevés d’heure …) entre sociétés d’intérim, entreprises clientes et intérimaires. Une mission qui va comme un gant à Marc Mouttet.

La société commence avec deux collaborateurs. Dix-sept ans après, Pixid, épaulé par un fonds d’investissement, en compte 200 et dispose de quatre bureaux en Europe.

Un parcours sans faute. Une évidence pour ce marathonien qui compte bien développer l’entreprise à l’échelle européenne en maintenant une qualité de service digital irréprochable.

APRÈS 17 ANS CHEZ PIXID, DE QUOI ÊTES-VOUS LE PLUS FIER ?
La dernière réunion de notre club utilisateurs s’est tenue en octobre. Ils nous ont fait part de leur satisfaction pour la qualité des services et de leur confiance dans la sécurité de notre IT. Une performance qui repose sur mon équipe. La quasi-totalité des profils clés de la société sont toujours là depuis leur embauche, qui remonte à plusieurs années – 2005 pour les premiers. Je suis très fier de mon équipe.

QUELS SONT LES POSTES CLÉS DE LA DSI ?
Dès la création de la société en 2004, un RSSI a été embauché sur un poste à plein temps. Une nécessité selon moi compte tenu des informations sensibles que nous gérons. Il s’agissait d’instiller une culture de la sécurité. Dans le même esprit, un poste de DPO a fait partie des dix premiers postes créés. Depuis 2012, les demandes liées au RGPD, et au-delà, sont de plus en plus nombreuses. Je ne regrette pas ces choix. Au contraire !

QUEL EST VOTRE RECOURS AU CLOUD ET SAAS ?
Le choix du SaaS s’est imposé naturellement de par notre cœur de métier et notre taille. Nous sommes 100 % SaaS. Notre mission est de simplifier le quotidien de nos clients, comme des intérimaires. Pour le SI interne, il ne s’agit donc pas de développer ou redévelopper des outils, mais de choisir dans un esprit ergonomique tous les services digitaux. L’aspect pragmatique prime sur les autres. Concrètement, nous utilisons Salesforce du « sol au plafond » et, depuis cette année, nous avons aussi Lucca pour les RH.

PARCOURS DE MARC MOUTTET

Depuis 2004 : Pixid, directeur général, Opérations et IT
  2000-2004 : Answork, responsable production
  1996-2000 : Cabot Corporation, chef de projet supply chain et BI
  1994-1996 : Eurotunnel, chef de projet 

Formation

Ingénieur IUP systèmes industriels, Université du Littoral de la Côte d’Opale
DEST Management des risques technologiques, Qualité, Sécurité et Environnement, Bordeaux 1
DUT Hygiène et Sécurité, IUT de Colmar