Le baromètre de l’innovation BVA – Syntec Numérique fait apparaître la profonde méfiance des français vis-à-vis d’Internet quant à la protection de leurs données personnelles. Le scandale Prism a laissé des traces, mais changeront-ils leurs habitudes ? Rien n’est moins sûr.

Huit Français sur dix pensent que la confidentialité de leurs données personnelles n’est pas correctement assurée sur Internet. C’est le constat choc du dernier baromètre de l’innovation BVA – Syntec numérique. L’enquête a été menée début septembre, donc bien après que les révélations d’Edward Snowden aient été relayées par la presse.

Et l’impact de ce scandale est terrible. Après des années que l’on explique aux internautes que les communications sécurisées par SSL sont sûres, que les datacenter des géants du web sont des forteresses imprenables, seules 1% des personnes interrogées considèrent aujourd’hui que la confidentialité de leurs données personnelles est correctement assurée, face à 32% qui l’estiment qu’elle ne l’est pas du tout.

Des français peu enclins à changer leurs habitudes

Pour autant, sont-ils véritablement choqués par le comportement de la NSA qui a copieusement lu leurs emails, rien n’est moins sûr : 77% des français affirment trouver normal que des gouvernements surveillent leurs communications en ligne. L’argument d’éventuelles attaques terroristes est un argument qui frappe les esprits et les français sont visiblement prêts à renoncer à leur vie privée pour bénéficier d’une sécurité accrue.

Cette placidité se retrouve lorsque BVA a interrogé son panel sur un éventuel changement d’habitude chez les internautes. 7% sont effectivement décidés à modifier leurs usages d’Internet pour échapper au cyberespionnage, c’est peu face aux 69% qui affiche ne rien vouloir changer de leur comportement.

Baromètre de l’innovation septembre 2013 from Alain Clapaud