Dans un nouveau rapport, Gartner identifie les tendances technologiques stratégiques auxquelles les DSI devraient accorder toute leur attention pour gagner en résilience dans un monde d’incertitudes…

Best Of 2021 : du 27 juillet au 31 août, IT for Business met un coup de projecteur sur certains des articles publiés depuis le début de l’année et qui ont connu une forte audience…
Cet article a été publié à l’origine le 18 mars 2021.

« À mesure que les organisations vont évoluer de la réponse à la crise COVID-19 vers une nouvelle recherche de croissance, elles vont devoir concentrer leurs efforts autour de trois domaines principaux qui regroupent les tendances clés de cette année : la centricité du personnel, l’indépendance de l’emplacement et la résilience de la prestation. Ensemble, ces tendances créent un tout qui est plus grand que ses parties individuelles et qui se concentre sur la demande sociale et personnelle, de n’importe où, pour atteindre une prestation optimale » explique Brian Burke, Research VP chez Gartner, en introduction du rapport Gartner sur les tendances stratégiques pour 2021.

Gartner dégage ainsi 9 tendances qui doivent attirer l’attention des DSI alors que ces derniers s’adaptent à un nouveau monde imprévisible qui réclame flexibilité et résilience.

1/ Un Internet des Comportements

Il ne s’agit plus pour les entreprises comme les organisations gouvernementales de comprendre les comportements des internautes, mais désormais aussi de les influencer. En combinant data, techniques de tracking, capteurs IoT, IA, et évènements comportementaux, il devient possible d’influencer les comportements humains pour s’assurer qu’ils sont par exemple conformes à des recommandations de santé ou de sécurité et encourager les bonnes attitudes.
Gartner voit les programmes d’influence comportementale et programme IoB se multiplier : la moitié de la population mondiale sera ainsi sujette à de tels programmes d’ici 2025…
Oui, ça fait un peu froid dans le dos quand même… De quoi déclencher bien des débats de société.

2/ Expérience Totale

Customer Experience… User Experience… Employee Experience… Les entreprises disposent désormais d’outils pour gérer les expériences et les parcours des clients, des utilisateurs, des employés… Une tendance évoquée l’an dernier par Gartner sous le nom « multiexperience ».
Il faut désormais aller plus loin en unifiant la gestion des parcours, en adoptant des philosophies communes pour soigner la marque du point de vue des clients, des partenaires comme des employés (marque employeur). Pour Gartner, cette stratégie d’unification des expériences capitalisant sur la mobilité, le virtuel et de nouveaux disrupteurs portent les initiales « TX » pour « Total eXperience ».

3/ Confidentialité étendue

Partout dans le monde, les DSI voient fleurir de nouvelles règlementations autour de la gestion des données privées avec des risques accrus de non-conformité. L’heure est à une informatique capable de protéger la donnée et de l’exploiter tout en conservant sa confidentialité et son secret. Il est temps d’adopter une vraie gouvernance de la donnée privée  et les bonnes pratiques du « Privacy by Design ».

4/ Un cloud distribué

L’idée du cloud distribué consiste à distribuer les services du cloud privé à différents endroits  tout en conservant la gouvernance et la gestion de ces services centralisées dans le Cloud. Pour Gartner, ce cloud distribué qui satisfait aux avantages du cloud public et du edge computing, est la voie de l’avenir.

5/ Anywhere Operations

Être opérationnel de n’importe où… Dans la vague pandémique, les DSI ont compris qu’il devenait essentiel d’adopter un model IT opérationnel conçu pour être administré de n’importe où, pour servir les clients partout, motoriser les collaborateurs où qu’ils soient, et déployer les services métiers sur au travers d’infrastructures distribuées.

6/ Cybersecurity Mesh

Assurer la résilience des infrastructures et de l’entreprise étendue dans un monde où les attaques sont de plus en plus nombreuses, sophistiquées et financées par des états, impose aux entreprises d’adopter une nouvelle approche. Il s’agit de protéger n’importe quel actif numérique et n’importe quel utilisateur, quel qu’il soit et où qu’il soit. L’approche Cybersecurity Mesh (qui va au-delà du Zero Trust et du SASE tout en s’appuyant sur ces concepts) permet de garantir l’accès sécurisé aux applications cloud et aux données distribuées depuis des terminaux qui ne sont pas et n’ont pas besoin d’être gérés, identifiés et contrôlés tant que l’on maîtrise les contextes et les identités…

7/ Un Business intelligent et composable…

Gartner prédit la mort à court terme des processus métiers statiques. Les capacités et processus métiers doivent s’adapter à des situations devenues toujours changeantes et souvent imprévisibles.
Désormais, tout processus doit être dynamique et autant que possible autonome avec des prises de décisions mieux informées (grâce au temps réel et à l’IA) s’appuyant sur une fabrique de données qui permet de composer les processus métiers à la volée.
Désormais, les systèmes, les services, les données et les processus se veulent « composables ».

8/ AI Engineering

Selon Gartner, seulement 53% des projets IA entrent un jour en production. Le passage à l’échelle de l’IA est un défi pour bien des DSI par manque d’outils et de pipelines calibrés pour la production. Il faut donc intégrer une nouvelle discipline technique centrée autour de la « mise en prod » des initiatives IA. Un objectif à l’intersection de trois tendances : DevOps, ModelOps et DataOps.

9/ Hyperautomation

Le terme a été inventé par Gartner l’an dernier. Il reste l’une des tendances fortes des prochains mois. L’objectif est de repenser l’entreprise pour automatiser autant de processus IT et de processus métiers que possible. Il n’y a d’autre choix possible : « Tout ce qui peut et devrait être automatisé doit l’être » estime Mr Burke.

Ces tendances stratégiques regroupent un certain nombre de tendances déjà émises par Gartner dans ses prédictions sur les données, les défis DSI et les infrastructures ces derniers mois. Elles illustrent toutefois une nouvelle réalité, celle de l’entreprise « Post-COVID » avec ses nouvelles priorités.