@Work

Anne Greze (Lefebvre Dalloz) : « L’IA GenIA-L n’ira pas plaider devant un juge » !

Par Thierry Derouet, publié le 01 février 2024

Avec GenIA-L, Lefebvre Dalloz, figure historique de l’édition juridique et fiscale, s’apprête à lancer une intelligence artificielle générative qui promet de transformer l’accès à l’information juridique. Rencontre avec Anne Greze, directrice marketing, et Benoît Lherbette, directeur des systèmes d’information, pour nous en présenter les coulisses.

Le domaine juridique n’échappe pas à la vague de transformation numérique qui balaye divers secteurs. Avec GenIA-L, l’ambition de Lefebvre Dalloz est de proposer une intelligence artificielle générative qui s’appuie sur une base documentaire juridique de haute qualité pour interpréter et répondre aux questions juridiques formulées en langage naturel. La directrice marketing de Lefebvre Dalloz indique la valeur métier apportée : « Avec GenIA-L, nous offrons à nos clients la possibilité de générer instantanément une réponse juridique précise et sourcée. Cela représente un gain de temps considérable et assure un niveau de qualité répondant aux exigences rigoureuses de notre clientèle. »

Des attentes parfois excessives des clients

Toutefois, lors des focus groups organisés pour évaluer GenIA-L, il est apparu que les attentes des utilisateurs étaient parfois excessives, voire irréalistes. Anne Greze, partage un exemple significatif : des avocats ayant échoué dans une affaire se demandent si, en téléchargeant le dossier dans un système similaire à GenIA-L, l’outil pourrait leur révéler comment remporter le cas à l’avenir. Anne Greze reconnaît l’aspiration quelque peu utopique de cette attente en répondant fermement par la négative pour le présent, tout en laissant la porte ouverte à de futures possibilités. Elle admet que, si aujourd’hui la réponse est non, le progrès technologique pourrait un jour permettre à GenIA-L d’identifier les faiblesses d’un dossier et de suggérer des arguments plus persuasifs.

À LIRE AUSSI :

GenIA-L, une IA pour les professionnels du droit

GenIA-L vise bien davantage à offrir aux juristes un gain de temps substantiel dans leurs recherches. « Le service de documentation de la Cour de cassation nous a dit ‘ce que vous faites en deux minutes, nous, on le fait en deux jours’, » rapporte Anne Greze. Cet outil permet une synthèse rapide et précise de la documentation, augmentant ainsi la productivité des professionnels du droit.

À l’origine, une vaste source de données

Pour arriver à mettre au point cette solution, Benoît Lherbette évoque la richesse et la diversité de la vaste collection de données documentaires de l’entreprise, alimentée par la prestigieuse source des fonds Lefebvre Dalloz. « Nous disposons d’un réservoir de connaissances extrêmement diversifiées, incluant Doctrine, Jurisprudence, périodiques spécialisés, et l’actualité – un véritable éventail d’informations, » rapporte-t-il. Face à ce trésor de données, il souligne l’importance d’ordonner et de préparer ces informations pour une utilisation optimale.

Une suite logique pour la R&D

L’opération technique, orchestrée principalement par l’équipe de R&D, comme l’indique Benoît Lherbette, a été pour eux une suite logique : « Nous nous sommes investis depuis des années dans le développement d’un moteur de recherche de pointe, car cela représente une composante essentielle pour nos métiers. »

« La préparation minutieuse des données a été la première étape cruciale de notre processus » souligne Benoît Lherbette. Avec une transformation significative : « Pour diverses raisons historiques, nos données étaient réparties sur plusieurs types de bases de données, chacune avec ses propres technologies et spécificités. »

De la méthode et de la prudence

Plutôt que de reconstruire immédiatement les bases de données existantes, l’accent a été mis sur la capacité de l’IA à traiter une masse substantielle de contenus de manière efficace en utilisant des fonctions de recherche avancées. L’objectif est d’optimiser l’exploitation des données existantes par l’IA, sans se précipiter dans une restructuration complète, qui est en cours et aboutira ultérieurement à des structures plus affinées.

GenIA-L est donc conçu pour permettre aux clients d’exploiter rapidement l’ensemble des données, en bénéficiant de l’intégration d’une couche d’IA et d’un modèle (LLM) pour générer des contenus. Ainsi, les données sont préparées, structurées et subissent divers traitements, y compris la vectorisation, pour atteindre la granularité la plus fine et permettre l’application des principes d’IA générative à partir de ces données structurées. Cela représente un long processus méticuleux, essentiel pour le succès de l’application des principes d’IA dans la pratique.

OpenAI, un partenaire obligé ?

Pour Benoît Lherbette, la collaboration avec OpenAI s’aligne sur une quête de performance, reconnaissant OpenAI comme l’une des solutions les plus avancées et efficaces actuellement disponibles sur le marché. Toutefois, il souligne l’importance d’une vision à long terme, où être technologiquement agnostique est clé. Cela se traduit par l’ambition pour GenIA-L de s’adapter et d’intégrer divers modèles de langage à mesure que le paysage technologique évolue.

L’entraînement du modèle de langage de GenIA-L avec OpenAI est au cœur de son efficacité. « Nous avons collaboré étroitement avec OpenAI, optimisant le LLM pour qu’il réponde spécifiquement aux exigences du domaine juridique, » détaille Lherbette. Cette personnalisation a nécessité une approche rigoureuse : « Plutôt que d’exposer nos données, nous avons préparé des ensembles de données synthétiques, garantissant ainsi la confidentialité tout en affinant les capacités du LLM à comprendre et à traiter les nuances du langage juridique. »

Mais un monde où la donnée est reine, la sécurité n’a pas été négligée. « La protection des données de nos utilisateurs est essentielle. Nous avons adopté une stratégie de sécurité sans compromis, » assure Greze, soulignant l’engagement de Lefebvre Dalloz à maintenir la confiance de ses clients.

L’importance de l’acculturation

L’adoption de l’IA ne se limite pas à la technologie elle-même. « Il a fallu familiariser nos équipes avec l’IA, les impliquer dans son déploiement, » partage Anne Greze. Cette démarche a concerné autant les développeurs que les rédacteurs, témoignant d’une transformation culturelle interne visant à optimiser la création de contenu et les processus de travail. Et de préciser : « Nous avons également la chance de bénéficier du soutien de nos équipes de rédaction. Elles nous apportent des retours précieux pour continuellement améliorer notre système. De plus, le responsable de la R&D au sein du groupe est une personne qui possède à la fois des compétences en programmation et une formation en droit à l’origine. Cette combinaison s’avère très utile, car il comprend à la fois les nuances du droit et les spécificités du langage juridique. Cependant, il est important de noter que le défi majeur dans le développement des modèles d’IA a été de traiter la complexité du langage juridique. »

Au sein de la Direction des Systèmes d’Information (DSI), une initiative baptisée ‘IA for Dev’ a vu le jour. Cette démarche s’articule autour de la création de communautés de pratiques en partenariat avec l’entreprise OnePoint. « L’objectif de ces communautés est de se concentrer sur les applications de l’intelligence artificielle au sein de nos équipes de développement » confie Benoît Lherbette.

GenIA-L : une ambition européenne

Avant même son introduction en France, GenIA-L a été lancée avec succès en Espagne, un marché stratégique pour Lefebvre Dalloz. « Le produit a déjà été lancé commercialement en Espagne, où il a remporté un franc succès, » souligne Anne Greze, Directrice Marketing chez Lefebvre Dalloz.

Objectifs pour demain

À l’avenir, l’entreprise envisage d’élargir les capacités de GenIA-L en traitant des cas d’usage plus complexes et en proposant des solutions encore plus intégrées et personnalisées.


GenIA-L en Action

Lors de la présentation de GenIA-L, une démonstration a mis en lumière les capacités exceptionnelles de cette intelligence artificielle générative. En simulant une série de requêtes juridiques complexes, la démonstration a illustré comment GenIA-L traite et répond avec une précision remarquable, en s’appuyant sur les vastes bases de données juridiques de Lefebvre Dalloz.

GenIA-L a non seulement fourni une réponse détaillée, citant les régulations pertinentes, mais a aussi proposé des liens directs vers les textes officiels pour approfondissement.
GenIA-L a non seulement fourni une réponse détaillée, mais a aussi proposé des liens directs vers les textes officiels, pour approfondissement.

Dans un exemple concret, une question sur la réglementation des drones a été posée : « Sous quelles conditions un drone peut-il survoler une zone habitée ? » GenIA-L a non seulement fourni une réponse détaillée, citant les textes pertinents, mais a aussi proposé des liens directs vers les textes officiels pour approfondissement.

Ce qui ressort de la démo, c’est l’interactivité de GenIA-L. L’utilisateur peut affiner sa demande en temps réel, guidé par les suggestions intelligentes de l’IA. De plus, la solution propose une double réponse : une synthèse juridique précise pour les experts, et une explication simplifiée pour les non-spécialistes, rendant l’information accessible à un public plus large.


Fonctionnalités clés de GenIA-L :

Synthèse Automatisée :

Crée un résumé informatif tiré des ressources Lefebvre Dalloz en réponse à chaque question.

Questions & Réponses Associées :

Fournit une série de questions et réponses pour explorer davantage les sujets connexes.

Check-list Juridique :

Présente une liste des considérations légales essentielles liées à la question initiale.

Cas Pratiques :

Affiche des scénarios et les règles juridiques correspondantes dans un format facile à comprendre.

Explication Juridique :

Donne une réponse détaillée avec analyse des bases légales et arguments.

Langage Clair :

Simplifie l’explication juridique pour les non-experts.

À LIRE AUSSI :

Dans l'actualité